Among The Living
Live Report

MUSCADEATH 2021

MUSCADEATH XIX 2021

1 & 2 octobre 2021 – Espace culturel de la ville de Vallet

MUSCADEATH


Vendredi

Arrivé très en retard à cause de problèmes sur la route. C’est mon premier Muscadeath (et surement pas le dernier !)
Je prends place pour le set d’OTARGOS. On est tout de suite frappé par la puissance écrasante du groupe sur scène. Il n’y a pas de temps morts, ils vous prennent à la gorge, pas moyen de respirer ! Et même si la foule est encore clairsemée on peut déjà voir quelques mouvements bien violents chez les aficionados des premiers rangs. Le show est carré et on se prend une bonne baffe comme on les aime. Après 2 ans de sevrage la remise en route est violente et c’est tant mieux !


BLISS OF FLESH


C’est alors à BLISS OF FLESH de faire son entrée sur scène. Ambiance sombre et malsaine assurée. Le groupe, mené par un chanteur aux allures d’un Iggy Pop christique qui aurait avalé son ostie de travers, sait vous faire entrer dans son univers. Le charisme est là et on se laisse emporter par leur musique ciselée, maléfique et violente, ponctuée par des claviers et des samples de musique religieuse du meilleur effet. Personnellement je ne connaissais pas et c’est une très bonne surprise !

Vient alors le groupe le plus attendu du soir : SETH. Le décor est planté pour la grand messe du metal noir. Le groupe vient défendre sur scène son dernier effort « la morsure du Christ » mais surtout le live des « blessures de l’âme » célébrant ses 20 ans de musique blasphématoires, et on peut dire qu’ils savent y faire. Les fans sont survoltés et ils boivent les paroles de Saint Vincent, le maître de cérémonie. Le black metal mélodique des bordelais est finement brodé et l’ambiance de messe noir prend. Le public est quasiment recueilli, il écoute et apprécie la performance. Un très bon moment de metal sombre qui nous a emmené au coeur de la nuit.



Samedi

J’ouvre ma deuxième journée avec SHADE AND DUST, groupe local sympa, visiblement content d’être là. Le quintet démarre son set devant un parterre clairsemé mais ça ne l’empêche pas de délivrer leur musique rythmée et groovy dans une ambiance bon enfant. Leur prestation passe comme une lettre à la poste.

Vient le tour d’ORIGIN’HELL. Là on est un cran au dessus en terme de brutalité. Petite originalité du groupe Vitréen, il n’y a pas moins de 3 chanteurs. De plus ça tricotte bien, on n’est pas en reste en termes de riffs ni de solo. C’est gras comme il faut avec de belles envolées. Du thrash/death comme on aime. Ils finissent de mettre le feu avec une très bonne reprise de Raining Blood.

Vont alors se succéder 2 groupes aux influences « core », j’ai nommé ARGUE et DEATHAWAITS.

ARGUE, groupe originaire de Lorient propose un death/deathcore moderne mais sans trop de surprise, on saluera la performance du chanteur qui s’acquitte parfaitement de sa tache malgré une rupture du tendon d’achile ! Le muscadet et les breaks faisant effet, la foule, réceptive commence à bien remuer.


DEATHAWAITS

DEATHAWAITS, groupe lyonnais de death/brutal ayant incorporé des éléments de core dans sa musique débarque pour prendre la suite. Le groupe est clairement là pour péter des cervicales et les bougres savent faire monter la sauce. L’audience est de plus en plus remuante.

Julien Truchan, qu’on avait pu apercevoir roder dans la salle monte sur scène pour le titre « Sever Again » qui aurait quasiment sa place sur un album de Benighted. Ça bastonne ! Et on va encore franchir un palier avec l’arrivée de Kraanium. Là, on a affaire à du slam … brutal et incompréhensible la faute à un son trop brouillon pour qu’on puisse vraiment distinguer ce qui se passe. C’est d’autant plus dommage que jusque là le son avait été plutôt bon.

Une bonne édition que ce Muscadeath XIX

C’est alors le temps de faire monter les vétérans sur scène. On commence avec WITCHES. Des survivants de la Brütal Generation, toujours menés par leur chanteuse Sybille Colin-Toquaine depuis 1986.
Le groupe nous propose un death/thrash old-school qui ne laisse pas beaucoup de répit! Le son aurait mérité d’être meilleur, notamment en ce qui concerne le chant. Mais l’énergie punk bien présente fonctionne et le public en redemande.

Second survivant de cette période à monter sur scène pour ce soir, LOUDBLAST. Vu l’accueil qui leur est réservé, on sent bien que ce sont eux les plus attendus ce soir. Et effectivement, on a le droit à un LOUDBLAST version patrons. Les riffs et les soli s’enchainent, ça slam du bord de la scène et on a même droit à un air guitariste qui vient apporter son concours aux nordistes ! Grosse ambiance, on a pris plusieurs degrés dans la salle, et le public réagit à la moindre sollicitation de Steph Buriez ! Un très bon show, bien trop court !

LOUDBLAST

Difficile de passer après ça. C’est à SINISTER que revient cette tache ingrate ! Les bataves nous délivrent un set carré mais sans émotions. La voix du chanteur qui remporte la palme des growls les plus caverneux du soir, ne passe pas très bien et il ne communique pas beaucoup avec le public ce qui fait retomber l’ambiance. On prend malgré cela quelques bonnes droites assénées avec vigueur  et une habileté de vieux briscard du death metal !

En résumé une bonne édition du Muscadeath XIX qui a réussi à rassembler quelques belles formations hexagonales et internationales du metal extrême et à attirer une audience raisonnable malgré les conditions sanitaires et la météo à ne pas mettre un metalleux dehors ! Rendez vous l’année prochaine pour davantage de décibels, davantage de public et davantage de Muscadet !


Related posts

Live Report : Harley Flanagan, Vitamin X, Pessimists, Lovve @Gibus Paris

Yann Fournier

HELLFEST 2015 – Report

Stephan Birlouez

SAMAEL – HANGMAN’S CHAIR

Le Masc

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X