Among The Living
Live Report

OOMPH! – UNZUCHT @Le Trabendo – Paris

12/04/2016

OOMPH! – UNZUCHT

Le Trabendo

12 avril 2016

 

 

 


Affiche martiale ce soir au Trabendo, avec deux groupes teutons accompagnés d’une armada de fans ayant massivement répondu présent à l’évènement.
OOMPH ! (que j’arrive à prononcer en imaginant Tyson me filant un direct à l’estomac) revient avec dans ses bagages un 12eme album simplement intitulé XXV sorti en 2015 pour leur 25ème année d’existence.
Est-il besoin de vous présenter les lascars ? Ceux qui ont inspiré RAMMSTEIN, mélangeant les genres sur une base industrielle, viennent en découdre avec leurs compatriotes d’UNZUCHT.

 

La première très bonne surprise de la soirée viendra d’UNZUCHT, inconnu au bataillon avant ce soir. J’ai pris ma claque. Dotés d’un chanteur aussi sympathique que charismatique, les gus nous distillent un Métal indus à tendance hardcore vraiment intelligent et bien foutu. Le chanteur a une putain de bonne voix et ne décolle pas du public, en équilibre sur la crash bar.
La salle est ultra réactive avec une bonne base fan dans le pit, et cela se sent. La fosse est remplie d’ados au taquet, de si de là les filles s’époumonent à l’approche de Daniel Schulz qui donne de la voix pour le plaisir de ces dames. De Clercq assène des riffs puissants, en mode punk et bien énervé. Le reste de la tribu n’a rien à lui envier : c’est carré et sans accroc.
Le set est de qualité. Les 4 gus nous balancent 8 titres en 45 minutes qui font aisément le boulot quand je vois la réaction de la salle. La setlist est efficace et  les allemands laissent un Trabendo en effervescence à leurs compatriotes attendus de pied ferme.

C’est au tour de OOMPH ! d’investir la scène, devant les acclamations nourries d’un Trabendo acquit au genre. Bien évidement quand Dero fait son entrée c’est l’hystérie, accentuée par les mots en français qu’il échange avec le public. C’est après un discours à coups de Liberté, Egalité, Fraternité, et de Je suis Charlie, Je suis Paris, qu’il envoie la sauce avec Alles aus Liebe.
C’est parti pour plus d’une heure trente de set, pas loin de 22 titres pour une soirée millimétrée qui frise l’excellence.
On connait le coté maladif des allemands pour le travail bien fait et droit, et OOMPH ! ne déroge pas à la règle.
Dero évolue sur la scène comme une marionnette grimée, marquant un pas martial qui bat le beat. Inutile de vous dire que les gus sont déjantés, la gente féminine n’en finit plus de hurlements face à un Dero qui ne boude pas son plaisir en mode crooner, coiffé d’un chapeau haut de forme sur la fin du concert.
Ce ne sont pas moins de 6 zicos qui se partagent l’espace exiguë de la scène du Trabendo, laissant suffisamment de place au frontman pour ses déambulations. Il y a deux percussionnistes, en plus des deux futs sur lesquels Dero marque le rythme parfois.
Le public est en osmose avec le groupe, reprenant en chœurs l’ensemble des refrains des titres joués ce soir.
Ils finiront sur un rappel mémorable avec les incontournables Kleinstadtboy et Gott ist ein Popstar qui auront le dernier mot sur les dernières résistances du public.

C’était la première fois que je voyais les OOMPH ! en live et je vous assure qu’il n’est plus question de rater un seul de leurs passages maintenant. Très belle surprise également que la prestation d’UNZUCHT, groupe à suivre de très près. C’est au pas de l’oie que je rentre chez moi, la tête bien farcie d’un beat particulièrement savoureux. Gute Nacht

Related posts

SCORPIONS – Accorhotels Arena, Paris (75)

Elody

MOTOCULTOR Open Air 2015

Stephan Birlouez

RAISMES FEST 2018

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X