Among The Living
Live Report

STICKY BOYS – REBEL ASSHOLES – CHATEAU BRUTAL @Petit Bain – Paris

STICKY BOYS – REBEL ASSHOLES – CHATEAU BRUTAL
Petit Bain Paris
Mardi 28 mars 2017


C’est toujours la promesse d’une soirée réussie quand sur l’affiche on voit marqué STICKY BOYS, gage d’un bordel annoncé. Et ce soir ne dérogera pas à la règle, d’autant plus que les lascars sont accompagnés des franc-comtois de REBEL ASSHOLES et d’un duo improbable nommé CHATEAU BRUTAL qui pousse l’art du Rock’n’nawak dans ses retranchements (pas loin des chiottes du petit bain, mais avec le sourire).

La mise en bouche est bonne avec CHATEAU BRUTAL. Ce duo iconoclaste lillois m’a bien fait marrer avec leur rock minimaliste et brutal  basé sur l’humour à froid. J’adhère directement, ce qui n’est pas vraiment le cas du public qui reste sur sa réserve.  Décalé et gras, leur rock sale sorti du garage est le prétexte à des digressions improvisées (pas toujours) porté par un Château brutal (le batteur)  sorte de clonage entre Wolverine et Dupontel (oui, il y a du level) et Cusmar Brutal avec sa guitare en mousse.
Il faut prendre la prestation comme un tabassage en règle des codes d’une relation public/artistes du milieu métal. Le batteur chante et maltraite ses fûts, le grateux fait ce qu’il peut pour suivre le bon vouloir de son acolyte.  Dans l’idée, on navigue entre un punk barjot dans l’esprit et un rock burné et sale dans les faits. Bravo, ça a mis la banane sur la plupart des bouilles dans le pit.



Changement de décor (quoique) avec les REBEL ASSHOLES. Le combo Rock/punk de Montbéliard distille un son largement influencé par des groupe comme BURNING HEADS ou encore FOO FIGHTERS , parfaitement dans le ton de la soirée. Les quatre gus  vont donner du leur et envoyer de l’énergie brute durant une quarantaine de minutes bien kick ass.
Le set dépote, les lumières sont minimalistes, l’esprit y est et la température monte. Pas vraiment de pause entre les titres qui s’enchainent sans pitié, à tel point que les gars se plantent dans l’ordre de leur setlist. Peu importe, cela ne semble pas leur poser de problèmes et ils enquillent sans sourciller. J’ai vraiment apprécié leur énergie. Le boulot est fait, la salle est bien chaude et la prestation fut vraiment bonne.  



On entre dans le vif du sujet après un rapide changement de scène, avec l’arrivé de nos trois  chevelus à l’esprit rock profondément ancré dans leurs fibres.  Fort d’un Calling The Devil tout fraîchement balancé dans les bacs, les lascars  sont résolus à en découdre ce soir, une occasion pour nous d’entendre ce que cet opus donnera sur scène.
Et une fois de plus le power trio ne va rien lâcher,  balançant leurs titres sur vitaminés et haranguant le lieu en l’exhortant à foutre un joyeux bordel. La salle est bien remplie au final, et le public donnera de la voix face aux assauts catchy du trio infernal.
Véritables électrons libres et garants d’un Rock sans concession, les STICKY ne vont pas décevoir ce soir et donner une fois de plus un set au cordeau qui botte le cul. Leur dernier album passe bien évidement haut la main l’épreuve du live, mais nous n’en doutions pas. A l’image des excellentes critiques qu’il a reçu, la prestation des Sticky fut imparable ce soir, bien qu’un peu courte à mon gout.

Un grand merci à Steffie de LISTENABLE RECORDS pour avoir rendu ce report possible


 

 

 

Related posts

NOUVELLE VAGUE – Elysée Montmartre – Paris

BGimages

THE STRANGLERS + THE MELOMANIACS @ La Cigale Paris

Loïc 'Lost' STEPHAN

MONDIAL DU TATOUAGE 2016

Stephan Birlouez

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.