Among The Living
Chronique Album

1349 – The Infernal Pathway

1349 - The Infernal Pathway


1349The Infernal Pathway

Date de sortie : 18 octobre 2019

Label : Season of mist

Archaon : guitares

Frost : batterie

Ravn : Chant

Seidemann : basse

 

 


Séquence souvenirs : le 2 novembre 2005 était une date magique en plein Paris au Nouveau Casino  puisque s’y produisaient ce soir là Gorgoroth accompagné de 1349. L’affiche idéale ! Et quelle claque de la part de la première partie : le quatuor de Ravn et Seidemann nous avait propulsé dans un monde de chaos, une dimension apocalyptique et nous faisait l’honneur de promouvoir “Hellfire” entre autre sorti la même année. Alors, aujourd’hui pour l’occasion de la sortie de ce septième album on  va se replonger dans la carrière du groupe après un break de cinq bonnes année. Le combo a dernièrement signé chez Season of Mist pour la sortie entre autre du single “Dodskamp” sorti en début d’année et chroniqué en ces pages. 
Pour la petite histoire 1349 nous vient directement de Norvège et de sa capitale pour être exact. Sa date de formation remonte à 1997 ce qui donne un petit aperçu de l’ampleur de leur expérience. Il a sorti trois albums bestiaux reconnus dans le genre de 2003 à 2005 à savoir dans l’ordre “Liberation“, “Beyond The Apocalypse” et “Hellfire“. Puis, le groupe changea de direction musicale pour s’adonner à un black ambient, voire à de l’Indus sur “Revelations Of the Black Flames” : troublant à vrai dire. Ce dernier avait divisé la fan base. Il y avaient les convaincus et les réfractaires. Toutefois, l’année d’après la formation revient en force à son répertoire d’origine à savoir un black metal brutal, puissant et haineux avec “Demonoir” unanimement ou presque salué par tous ses fans. Bien à eux. Et en 2014 paraissait “Massive Cauldron Of Chaos” chez Indie Recordings. Ce dernier était aussi un très bon crû et constituait une œuvre indispensable.



Alors à quoi s’attendre concrètement avec ce nouvel opus intitulé “The Infernal Pathway“? On retrouve assez naturellement leur black metal rapide sans compromis comme sur la première piste “Abyssos Antithesis“,  ensuite on a des influences thrash qui viennent s’ajouter comme sur “Through Eyes Of Stone“. Et cela donne car c’est très bien incorporé. De plus c’est surprenant, on ne s’attendait pas trop à ce genre car on pense le plus souvent à Frost et son jeu de batterie foudroyant tout particulièrement sur les trois premières galettes où la batterie était mixé de façon très marquée. Cela apporte du groove et les refrains sont excellents. Les vocaux de Ravn sont criards et efficaces dans le genre. “Striding The Chasm” quant à lui possède pour sa part un côté un peu plus rock’n’roll lié au BM. “Dodskamp” possède cette touche glaciale propre aux groupes norvégiens, ce qui apporte une atmosphère toute particulière. Pour rappel elle constitue une commande du Munch Museum d’Oslo pour illustrer en musique le monde torturé du peintre Edvard Munch. C’est une des pistes à écouter en priorité sur cet opus. Les lyrics quant à eux traitent des profondeurs abyssales. Tout un programme donc. “Deeper Still” est un morceau bien mélodique quelque part et les prouesses vocales de Ravn sont à la hauteur de ce que l’on peut attendre de lui. 
Trois petits breaks d’ambient et noise intitulés “Tunnel Of Set” et numérotés de”VIII“, “IX” et “X” agrémentent cette galette comme pour l’aérer. Très bien vu. Ce type d’interlude était déjà utilisé sur “Demonoir” pour la petite histoire. Ces derniers oscillent entre les quarante-sept secondes et la minute. La touche mystique est donc toujours au centre de leur art.”Stand Tall In Fire” possède cette coloration sombre inhérente au genre et dure environ huit minutes au compteur. Elle est très variée au niveau des tempo.

Enter Void Cold Dreaming” est un titre représentatif du 1349 actuel et en même temps ancien. Il permet d’entrer rapidement dans le monde de 1349 avec la violence que l’on reconnait tout de suite.  La production est d’excellente facture tout comme sur la précédente galette. On peut sonner de façon propre tout en restant primitif.

 

En définitive, “The Infernal Path” est une tuerie sans nom avec un son aussi propre que d’habitude ce qui ne déroutera pas leurs fans. Ce résultat donne une note mûre à leur carrière. Cela va dans le juste sens. Quarante-quatre minutes de la part de la légion sont nécessaires pour tout intégrer avec cette notion de diversité dans les compositions. Il s’agit d’un LP assez différent d’un “Demonoir” si brutal par exemple mais qui garde une ligne directrice fidèle à son Black Metal estampillé “Aural Hellfire“. Du tout bon donc. De cette grande expérience discographique et scénique nous aboutissons à cet album charnière dans leur histoire. Allez, disons le tout net avec Mork et son “Det Svarte Juv” “The Infernal Pathway” est l’album de l’année en termes de très bon black metal tout simplement.


Tracklist :

Abyssos antithesis
Through eyes of stone
Tunnel of set VIII
Enter cold void dreaming
Towers upon towers
Tunnel of set IX
Deeper still
Striding the chasm
Dødskamp
Tunnel of set X
Stand tall in fire


Related posts

THE RAVEN AGE – Darkness Will Rise

Stephan Birlouez

MERCYLESS – Pathetic Divinity

Stephan Birlouez

BORN TO ROT – Innocence Soiled

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.