Among The Living
Chroniques Albums

ORPHEUM BLACK – Sequel(s)


ORPHEUM BLACKSequel(s)

Sortie le 24 septembre 2021

Melodie : Chant/clavier
Greg : Chant
Romain : Guitare
Paskal : Batterie
Gauthier : Basse


Un Rock énergique à l’écume métallique.

Les Orléanais de ORPHEUM BLACK nous livrent un Sequel(s) redoutablement efficace et bien construit, sous forme d’un concept album. ORPHEUM BLACK allie la qualité des musiciens de feu WILD DAWN avec Romain à la 6 cordes (et Ô combien talentueux), Greg au chant (masculin), Mélodie (transfuge de NO SIGN, NOTHING) au chant également (féminin), le tout servi par une section rythmique composée de Gauthier à la basse et Paskal derrière les futs.
Le décor planté, voyons ce que Sequel(s) a dans le ventre.

Il faut bien avouer qu’à la première écoute on ne peut qu’être intrigué par le cheminement de cet album. Evoluant dans les eaux tumultueuses d’un Rock énergique à l’écume métallique, avec ce duo au chant mixte sur lequel est mis l’accent, l’auditeur est directement embarqué dans un voyage à la résonance  cinématographique.
Sequel(s) est axé autour de 9 pistes qui racontent chacunes une histoire en lien avec la recherche de sens du personnage principal. Inutile de vous dire que l’album a résolument une dimension théâtrale dans son déroulement.


Orpheum Black


Une très belle surprise, efficace et bien ficelée.

Musicalement ORPHEUM BLACK est tout en nuances, mariant les ambiances éthérées à d’autres carrément explosives, parfois au sein du même titre. Ecoutez-moi cet Unsaid Forever par exemple, ou encore le magnifique Strangest Dream pour vous faire une idée de l’intensité déployée ici.
Il y a également d’autres explorations plus hasardeuses à mon sens où le côté narratif plombe un peu le rythme de l’ensemble comme sur Head On Fire. Mais je chipote, la nécessité de raconter cette histoire impose quelques sacrifices musicaux et des redondances.
Musicalement tout est vraiment en place, avec les guitares majestueuses de Romain, et la section rythmique impeccable de Gauthier et Paskal. Vocalement le duo fonctionne très bien et c’est souvent là que le bas blesse dans ce genre d’exercice.

Globalement Sequel(s) est une très belle surprise, efficace et bien ficelée. ORPHEUM BLACK impose d’entrée de jeu, avec ce premier opus, une maitrise remarquable de leur sujet. Incontestablement un groupe à suivre de très près.


Related posts

WAYKOPP – Too Loud Too Old !

Stephan Birlouez

GOATWHORE – Vengeful Ascension

Yann Windcatcher

BLODHEMN – Mot Ein Evig Ruin

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.