Among The Living
Chroniques Albums

THE BUTCHER’S RODEO – Haine

THE BUTCHER’S RODEO – Haine
THE BUTCHER’S RODEO
Haine

Sortie le 26 novembre 2021

Vincent Peignart-Mancini – Chant
Julien Peignart-Mancini : Basse
Tristan Broggia : Batterie
Fabien Evanno 
: Guitare
Antoine Planchut 
: Guitare


Des blasts assassins et des rythmiques catchy

Deuxième opus des Parisiens de THE BUTCHER’S RODEO qui nous livrent ici un Haine des plus intime et en français dans le texte.  Cinq ans après leur premier effort déjà redoutable Backstabbers, Haine signe un retour remarquable des furieux avec leur hobocore qu’ils distillent avec violence mais pas seulement.
Le français leur permet d’exprimer leurs émotions et de diffuser leur message plus intensément, plus clairement, rendant le méfait hautement impactant.
Après une intro prenante et magnifiée par la voix prenante de Vincent Peignart-Mancini, THE BUTCHER’S RODEO attaque sans pitié sur Crève, un titre massif et aussi efficace qu’un uppercut de Tyson. Il faut bien le reconnaitre, avec Haine on monte sur le ring, et ce n’est pas pour jouer les danseuses.

Faisant suite à ce délicat Crève, on enchaine par  Je Vous Hais Tous, qui laisse (contrairement à ce que laisse présager le titre) passer la lumière malgré tout. On y retrouve ce côté « dissonant » des guitares, véritable marque de fabrique, les blasts assassins et ces rythmiques catchy. Les passages plus posés du chant de Vincent sont juste superbes, entre les parties hurlées (qui ne sont pas moins magnifiques ).


THE BUTCHER’S RODEO – Haine


A fleur de peau et vindicatif.

L’opus transpire la rage. Il est résolument punk/hardcore dans sa démarche. En parfaite adéquation avec notre époque qui donne plus envie de hurler que de se câliner.
Les textes sont du même acabit que la musique. Entre violence et quête de réponses, ils sont souvent acides et sombres.
Entre ombre et lumière, la sensibilité est finalement omniprésente sous cette couche de rage, à l’image d’un titre comme Morte ou encore Pater Autem et leurs passages aériens. Même topo avec Haine, le titre éponyme de l’opus ou encore Lâche sur lesquels explose la qualité des musiciens prompts à distiller un jeu aussi bien technique que bourré de feeling.

C’est bien là un des nombreux points forts de THE BUTCHER’S RODEO : être capable de marier les genres sans s’enfermer dans un truc indigeste et mal fini.

Impossible de rester indiffèrent à Haine, un album qui s’apprivoise et qui ne vous laisse pas de répit. Et c’est tant mieux. A fleur de peau et vindicatif, cet opus ne vous laissera pas indemne. Rarement un groupe n’aura aussi bien porté son nom. Bravo !


 

Related posts

TRIVIUM – The Sin And The Sentence

Stephan Birlouez

THE HELLECTRIC DEVILZ – The HEllectric Club

Stephan Birlouez

SaaR – Gods

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.