Among The Living
Live Report

Yarol Poupaud @La Maroquinerie Paris

Mercredi 17 Novembre 2021,  Yarol Poupaud était à la Maroquinerie pour nous présenter son 2eme album ‘Hot Like Dynamite’.


Yarol poupaud


C’est sous son propre nom, qu’il a remonté un nouveau projet musical, après ses débuts dans le groupe de fusion FFF (Fédération Française de Fonck) en 90, ses nombreuses années au coté de ‘Johnny Hallyday’,  son groupe ‘Black Minou’…

Mais en attendant, c’est ‘Victor Méchanick’ (le claviériste de Yarol) qui est chargé d’assurer la 1ère partie, la set-list de Victor comportait 11 titres, pendant la 20taines de minutes que durera le set, il n’en jouera que 5 ou 6.  C’est donc un Victor tout seul qui se présente sur scène, simplement armé de sa guitare folk.  Il va nous interpréter quelques titres de son dernier album ‘Singer’ produit par Yarol Poupaud.  
C’est plus un showcase intimiste & acoustique qu’il nous propose avec des titres comme ‘Afternight’, ‘Sunny Side’, ‘Said Too much’ …  Dans leurs versions la plus épurées qui soit : 1 voix, 1 guitare, et parfois des temps frappés du pied sur scène. Ces quelques chansons ‘dénudées’ sonnaient dans l’ensemble très Rhythm’n’blues, folk, blues, Victor apportant également une certaine chaleur vocale.  Difficile de juger les compositions quand elles sont aussi épurées.


Yarol poupaud

Un nouveau line-up

Aujourd’hui c’est avec un nouveau line-up que Yarol se présente sur scène :   ‘Ludwig Dahlberg’ à la batterie, ‘Pierre Dubost’ à la basse, ‘Félix Béguin’ à la guitare et ‘Victor Mechanick’ aux claviers, et le chanteur ‘Lescop’ (en duo avec Yarol) sur le titre ‘Comme la pluie’.
Le concert sera donc articulé autour de ses 2 albums : son 1er album simplement intitulé ‘Yarol’ d’où il reprendra 8 titres, et bien sur son 2eme et dernier album ‘Hot Like Dynamite’ ou il piochera 10 titres, il jouera également un single sortie en 2020 ‘Stay The Funk Home’.
 Yarol va ouvrir les hostilités,  avec le titre éponyme ‘Hot Like Dynamite’,  personnellement la section rythmique basse/batterie me fait penser au titre « Another One Bites The Dust » de Queen, par son beat très martelé, très ‘boite à rythme’ de l’époque Disco, mais que l’on se rassure, point de pattern de programmé, et déjà Yarol ne tiens déjà plus en place sur scène, commençant à sautiller, la salle ne reste pas de marbre, et c’est toute la fosse, qui commence à bouger, sur ce titre  dynamique/dynamite.
Pas le temps de souffler, qu’il enchaine pied au plancher avec ‘Woop Woop’, avec une redoutable  grosse ligne de basse en intro, les refrains de cette chansons sont redoutables, des sacré gros riffs de Yarol qui contraste les couplets beaucoup plus doux, plus adoucie grâce aux nappes de clavier de Victor, et bien sur la salle ne se fait pas prier pour reprendre en chœur les paroles du refrains ‘Woop Woop’ c’est tout simple, mais très efficace pour faire participer son public.

être capable de réunir plusieurs styles musicaux

Bullet’  porte un peu la même signature que les autres titres, ce beat qui vous martèle la tête, comme un métronome, et des refrains accrocheurs avec des guitares omniprésentes, des rifs bien ciselés, sans oublier de mettre à l’honneur Victor et ses claviers sur le break, qui viens nous faire planer avec ses nappes.
‘Crocodile’ viens clôturer cet enchainement de 4 titres, et l’infatigable Yarol continue de chauffer à blanc son public, continue de grimper sur les retours pour délivrer ses solos gorgés de feeling, qui louche un peu sur le Hard Rock de Van Halen… c’est aussi ca la force de Yarol, être capable de réunir plusieurs styles musicaux au sein même d’une seule chanson.  
Apres ces 4 titres assez pêchus, il va revenir sur son premier album et sa chanson ‘Caroline’ dédiée à sa femme ‘Caroline de Maigret’, on change totalement d’univers avec des sonorité très ‘arabisantes’, on imagines  facilement des danseuses des pays du Maghreb faire la danse du ventre, au son des percus, un très agréable voyage, au pays des 1001 nuits.
Sur ‘No Filter’ Yarol à voulu faire une chanson tres énergique ‘un peu à la Motörhead’ pour reprendre texto ses paroles , tout en ajoutant un coté électronique, étonnamment sur scène, cette chanson de par sa ligne de chant sur les couplets, présente un air de famille avec « My Sharona » (The Knack), et c’est une folie furieuse sur scène, Victor headbangue derrière ses claviers, Pierre frappe en grands coups de poings sa basse, tandis que Yarol nous surprends une nouvelle fois au moment  du solo, en pratiquant une sorte de taping / slidé sur le manche de sa 6 cordes, la fosse commence a sérieusement s’agiter derrière moi.

Retour sur son dernier album, avec l’arrivée de son invité le chanteur ‘Lescop’, pour la ‘balade’ de la soirée ‘Comme la pluie’, une belle chanson tres intimiste avec des beaux texte,  un magnifique duo entre Yarol & Lescop, après ‘No Filter’ c’était bien de faire redescendre la pression.


Yarol poupaud


Le public est aux anges.

Sur ‘Girls’  Yarol va présenter les musiciens qui l’accompagne, leur donnant l’occasion a chacun d’effectuer leur solo, tant que si bien, que ce titre de 3’44 va durer presque 25/30 minutes en live, c’est ‘Victor Mechanick’  qui est invité à commencer à montrer ses talents d’impros aux claviers,  puis on découvre ‘Félix Béguin’ avec un magistral solo très blues (sous l’œil et ou l’oreille très attentive de Yarol), ensuite au tour de ‘Ludwig Dahlberg’ & ses futs, musicien qui a un excellent groove, et une très bonne technique, puisque cela partait un peu en bœuf / Jam, Félix le guitariste permute sa place avec Victor au clavier, pendant que ‘Pierre Dubost ‘ nous ébahie avec  une grande démonstration  de Slap. 
Yarol invitant Pierre & Victor, de reproduire sa chorégraphie, comme l’aurait fait ‘Claude François’ sur scène, c’était très spontané, la foule va même essayer de danser également dans la fosse, le public est aux anges, super enthousiaste, par cette symbiose parfaite.
C’est un final en apothéose qu’il va nous offrir , avec ‘Boogie With You’, avec une ligne de basse digne des ‘Ramones’, ce titre dégage une puissance incroyable, Punk attitude jusqu’au bout le Yarol, puisque malgré le C19, les gestes barrières, la distanciation social, Yarol va slammer à 2 reprises, n’étant pas tres satisfait de son premier saut, il revient donc sur scène pour  prendre son envol, et là, la magie opère il traverse la salle porté par une centaine de personne jusqu’à la régie, avant de revenir sur scène saluer une dernière fois son public au bout de 1h55 de show.
Si vous souhaitez voir Yarol il  sera en concert le 10 Décembre 2021 au ‘Bus Palladium’

Merci à ‘Alias-Production’ pour l’accréditation accordée à ‘Among The Living


Related posts

Rock’N Festival 2019

Yann Charles

BlackRain + Kissin’ Dynamite @Petit Bain Paris

Aure Briand Lyard

SIDILARSEN + SEVERNY FLOT @Le Divan du Monde

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X