Among The Living
Interview

DEFEATER – Entretien avec Jake Woodruff

 DEFEATER - Entretien avec Jake Woodruff
 
– Salut, pourriez-vous vous présenter pour nos lecteurs?
– Salut, je suis Jake, je suis guitariste avec Defeater.
 
– Vous êtes considérés comme un groupe de «hardcore punk» et «hardcore mélodique », comment définirez vous musicalement Abandonned votre dernier album?
– « Post-Hardcore mélodique punk rock »(Rires) … En fait, on ne s’inquiète pas de ça, on s’en fout un peu en vrai.
 
– Ce nouvel album sonne comme le plus sombre et dépressif de votre discographie, quel état d’esprit étiez-vous pendant l’enregistrement?
– En fait, nous étions dans cet état d’esprit lors de l’enregistrement. Nous voulions faire un album encore plus sombre et « énervé » que le précédent. Nous étions très anxieux après cette année Off, puis Derek a réussi à avoir sa nouvelle hanche. On s’est beaucoup focalisé sur cette histoire. Et c’est vrai que notre esprit était plutôt sombre.
 
– Pour ce quatrième album, beaucoup attendait une exploration du personnage de la mère après le père dans « Letters Home ». Est-ce une option future pour vous?
– Certainement, mais nous verrons.
 
– Vous avez une approche plutôt littéraire de vos textes, quelles sont vos principales influences du moment, vos lectures?
– Hmm … Derek et moi avons beaucoup lu Cormac McCarthy. Mais il y en a d’autres comme E.L. Doctorow et plus récemment Denis Johnson. En fait beaucoup d’auteurs américains moderne influencent les paroles de nos chansons.
 
– Y at-il une partie de vous qui se trouve dans le caractère du prêtre?
– Voilà plus une question pour Derek, il a écrit toutes les paroles.
 
– Quelle est votre position sur la Religion en général?
– Quelle est votre position sur « la Religion en général»? Voilà un sujet tellement vaste !!! Difficile de répondre à ça. En fait aucun de nous n’est vraiment « Religion » ou pratiquant une religion. Nous venons tous de milieux différents et d’une grande variété. Religieux et non religieux.
 
– Plus généralement, est-ce le chaos (écologique, humanitaire, religieux) dans lequel semble s’engager une grande partie du monde, qui est une source d’inspiration pour vous?
– On vit des temps de folie actuellement dans ce monde. La création offre un certain genre de catharsis et peut aider la communauté à être plus constructive au beau milieu de tout ça. La création aide un peu les gens à s’échapper de cette folie.
 DEFEATER - Entretien avec Jake Woodruff
 
– Combien de temps cela vous a pris pour écrire et enregistrer cet album?
– Difficile à dire.  Nous avons eu des idées quelques mois après que « Letters Home » soit sorti, et on a commencé une pré-production en Octobre 2014 je crois. Il y a eu beaucoup de ré-écriture, et l’enregistrement final s’est fait en plusieurs séances séparées au cours l’hiver dernier.
 
– Lorsque vous composez vos chansons, pensez-vous « live »?
– Toujours. 
 
– Vos compositions vont au-delà du style purement « hardcore / punk », elles sont indéniablement plus riches. Quelles sont vos influences extérieures?
– Nous avons tous grandi en écoutant du punk et du hardcore. Mais nous écoutons beaucoup d’autres styles de musique, du folk néoclassique à du post-rock, indie rock, pleins de trucs comme ça. Je pense que tout ça participe à nos inspirations.
 
– Votre line-up est très stable, quelles sont vos relations avec le groupe, et comment cela se passe sur le plan familial?
– Merci. Il a fallu quelques changements de membres pour arriver où nous en sommes. mais nous tournons avec cette même équipe depuis presque 5 ans maintenant et on se sent très bien.
C’est difficile de maintenir un lien familial quand on est continuellement en tournée, le pire arrive même au meilleures personnes.
 
– Vous faites trois dates pour la « Impericon Never Say Die Tour  » en France (Villeurbanne, Bordeaux, Paris). Quelle est votre relation avec le public français?
– Nous n’avons pratiquement plus joué France depuis le « Dead Swans Tour » en 2010. Mais il y a  certains des concerts de Defeater qui restent parmi mes préférés, notamment Bordeaux et Paris. Le Hellfest cet été c’était autre chose. Nous aimons la France. Et cela nous permet aussi de revoir nos potes de Birds in Row.
 
– Que représente la France en termes de ventes de l’album?
– Je ne pourrais pas vous dire, je préfère les concerts. Les ventes d’albums ne sont pas vraiment mon domaine.
 
– Qu’attendez-vous de ce nouvel album?
– Nous n’avons pas trop d’attentes particulières à chaque album. C’est génial de voir comment les gens réagissent à ça. Là, nous avons ajouté quelques nouveaux « ingrédients » dans le mixage sonore. Tout le monde est super excité de voir ce que ces nouveautés vont apporter et les réactions, mais nous devrons attendre et voir.
 
– Pouvez-vous définir « Defeater » dans 2 ou 3 mots?
– Pas vraiment.(Rires)
 
– Que pourriez-vous nous dire si vous faisiez à la promotion de votre album?
– C’est certainement le meilleur album de Defeater et mon préféré. Un album fort, puissant et « énervé » !!!! C’est ce que vous constaterez si vous prenez le temps de l’écouter.
 
– Dernière question n’a rien à voir avec tous les autres: Quel est le dernier album que vous avez écouté, à l’exception de votre album?
Hospital Ships Destruction in Your Soul
 
– Merci Jake
– Merci à toi

DEFEATER sera en concert dans le cadre du IMPERICON NEVER SAY DIE! TOUR 2015, notamment le 25 novembre à la machine du Moulin Rouge à Paris.

Related posts

Interview de Serious black

Byclown

Entretien avec Arnaud, poly instrumentiste du groupe MAGOYOND

Stephan Birlouez

Interview du groupe WILD DAWN

Byclown

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.