Among The Living
Live Report

BLUES PILLS – KADAVAR – STRAY TRAIN @ Le Trianon – Paris

BLUES PILLS – KADAVAR – STRAY TRAIN
Le Trianon – Paris
30 octobre 2016 

 

 

Ce soir nous ne pouvions rêver plus bel écrin que ce magnifique Trianon de Paris pour accueillir une si belle affiche. En effet la salle parisienne reçoit les Suédois de BLUES PILLS accompagnés par les allemands de KADAVAR et les slovènes de STRAY TRAIN, pour une soirée placée sous le signe du blues rock et du heavy classieux.
C’est un Trianon amputé de son balcon supérieur qui accueille une foule parisienne d’esthètes que l’on sent avide de bon son et de communion, le tout dans une ambiance décontractée et studieuse.
Il est 18h40 quand les slovènes de STRAY TRAIN font leur entrée sur scène, alors que la salle continue de se remplir tranquillement. Les 5 musiciens entament un court set qui fera le boulot, distillant un blues rock, tinté parfois de stoner, bien joué mais qui ne réinvente pas le genre.   Classique et carré, on peut dire que ça rock, et le public semble plutôt adhéré à la prestation.
Les 5 gus semblent très à l’aise sur scène et content d’être là. Leur enthousiasme est plutôt communicatif et chauffe doucement la salle.
C’est carré, propre et cela fait le boulot.



On change de catégorie et de calibre avec les allemands de KADAVAR. Ce trio puissant et riche nous revient, bien que le groupe n’ait pas d’actualité récente depuis la sortie de leur excellent Berlin en 2015. Peu importe, c’est toujours avec un immense plaisir que l’on voit un groupe de cet acabit sur scène.
Ce soir KADAVAR va donner le meilleur de lui-même, avec un set électrique et sans temps morts, livrant aux parisiens une prestation de la meilleure facture.
Ouvrant sur Come Back To Life, après une intro hypnotique, on plonge directement dans leur univers organique et mystique, avec des compos lourdes et sabbathiennes. Ayant pris un virage significatif avec leur dernier opus, les allemands ont réorienté leur doom originel vers un heavy psyché plus énergique et résolument rock.
Les compos trouvent le public. N’ayant pas forcement fait le déplacement pour eux, la salle adhère malgré tout rapidement à la musique du trio. Il faut dire que la qualité du jeu des gus est au rendez-vous. Christoph “Lupus” Lindemann assure un chant/guitare de haut niveau, balançant des solis chirurgicaux et assurant un chant juste mais parfois couvert par la basse.
En parlant du bassiste, Simon “Dragon” Bouteloup, dernier arrivé dans le groupe (2013), il est aussi grand par le talent que par la taille. Et en parlant de taille, difficile de rivaliser avec Christoph “Tiger” Bartelt le batteur, véritable spectacle à lui seul tant ses mimiques sont impressionnantes.
C’est un KADAVAR habité par sa musique, qui nous livre ce soir un set grandiose, secondé par des lights de circonstances. Ils n’interprèteront que 3 titres de leur dernier opus, dont le magnifique The Old Man, qui arrachera une ovation aux fans du groupe.
KADAVAR finira son set sur un Helter Skelter des Beatles, une version couillue et endiablée. Une heure de concert intense, remarquable et généreux, voilà ce que viennent de nous offrir les allemands qui repartent sous une acclamation générale. Bravo !



Il est 21h00 et les lumières s’éteignent provoquant une monté des décibels dans un public impatient d’entendre la belle Elin et ses comparses. Découvert en 2014 au HELLFEST, j’étais tombé immédiatement sous le charme du groupe et plus particulièrement de la personnalité de la chanteuse. Après un premier opus remarqué, les BLUES PILLS nous reviennent avec un nouvel album Lady In Gold tout fraichement sorti des presses.
C’est une Elin Larsson nus pieds qui débarque sur scène, tout de noir vêtue, portant un short fuseau au dos complètement ouvert. La formation est au complet, avec un organiste qui accompagne la tribu sur la route (probablement Rickard Nygren qui a joué les parties clavier sur l’album), et ouvre les festivités avec le titre éponyme du dernier opus.
Autant vous dire que la fosse démarre au quart de tour, et que l’énergie d’Elin est communicative.
Si le reste du groupe reste plutôt en retrait, la chanteuse rattrape cet état de fait au centuple. Véritablement habitée par son show et sa musique, Elin semble boxer seule sur scène. Sautant et s’arc-boutant, elle est littéralement en transe.
La setlist est savoureuse et très axée sur le dernier album avec pas moins de 9 titres interprétés sur les 10 qu’il contient.
Elin est tout sourire, agréable et très en lien avec son public, avec toujours un geste pour ses fans des premiers rangs. Le set est carré et les zicos bien en place. Dorian Sorriaux, le français de la bande, excelle en guitare. Les autres ne sont pas en reste et la restitution des titres est parfaite. La partie rythmique est redoutable d’efficacité, et le trio Basse / Batterie / Clavier fait des miracles.
Le public est conquis, envouté même, faisant écho à l’énergie d’Elin.
Musicalement c’est parfait, le son est vraiment bon et les lumières au rendez-vous. La voix d’Elin est à son top,  chaude et puissante : elle est irrésistible. La belle fait chanter la salle.
Séduction est le terme qui convient le mieux à l’ensemble, Elin posant une voix gorgée de soul et de blues à la texture si black que s’en est à peine croyable.
Le concert monte en puissance au fur et à mesure que le temps s’écoule. Les solos s’enchainent en plein titre, éphémères joutes sulfureuses et amicales qui font le bonheur d’un Trianon hystérique.
Juste avant le rappel Elin se retrouve seule sur scène, au piano pour interpréter I Felt a Change, ballade issue également du dernier album. C’est magnifique.
On est au rappel, les BLUES PILLS interprèteront encore deux titres avant de quitter la scène sous les applaudissements fournis de la salle.

Ce soir j’ai pris le meilleur traitement qu’il soit, de ces pilules qui vous rendent la vie plus belle. Les BLUES PILLS confirment une fois de plus qu’ils sont voués à un avenir radieux et pavé de succès je n’en doute pas un instant.

Un grand merci à Valerie pour avoir rendu ce report possible


Les photos en HD


 Setlist KADAVAR
Come Back Life
Pale Blue Eyes
Doomsday Machine
Living in Your Head
Last Living Dinosaur
Black Sun
Forgotten Past
The Old Man
Thousand Miles Away From Home
All Our Thoughts
Creature of the Demon
Helter Skelter (Reprise des BEATLES)

 

Setlist BLUES PILLS

Lady in Gold
Little Boy Preacher
Bad Talkers 
Won’t Go Back 
Black Smoke
Bliss
Little Sun
Elements and Things (Reprise de Tony Joe White) 
You Gotta Try 
High Class Woman
Ain’t No Change
Devil Man
I Felt a Change
Rappel
Rejection 
Gone So Long 

 

Related posts

THE ANGRY CATS @Dr. FEELGOOD les halles Paris

Stephan Birlouez

Download Festival – Paris 2016

Alain AFO

Shining – Caligulas Horse – Jack Dalton @Le Divan du Monde

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X