Among The Living
Live Report

August Burn Red + Oceans Ate Alaska @Le Petit Bain Paris

August Burn Red + Oceans Ate Alaska

Paris, le petit bain, lundi 28 aout 2017


Date sold out ce soir au Petit Bain pour la venue d’August Burn Red venus célébrer les 10 ans de leur monstrueux album Messenger. Accompagnés pour l’occasion des british d’Oceans Ate Alaska, le combo de Pennsylvanie ne va pas faire dans la dentelle et va casser des nuques et des plombs à force d’énergie et de professionnalisme.


Oceans Ate Alaska

On attaque donc avec Oceans ate Alaske qui va mettre au moins 3 ou 4 titres avant de réussir à vraiment chauffer la salle (exception faite des habituels furieux du mosh pit qui dès le 1er titre, fan ou pas du groupe, enverront voler pieds et poings dans la face du voisin, toujours avec une cordialité assumée qui me fera toujours sourire).
Petit clin d’œil à la Queen B (exercice bien connu dans le monde du métal), le combo reprendra Drunk In Love pour un petit instant de rigolade qui finira de conquérir le public. Dès la moitié de ce set ultra énergisant et carré, l’intégralité de la salle se mettra à headbanger joyeusement et ce jusqu’à la dernière note du set histoire d’ajouter quelques degrés à cette péniche déjà surchauffée.


Oceans Ate Alaska

Setlist Oceans ate Alaska: Blood brothers; Covert; Floorboards; Clocks; No strings; Drunk in love (cover de Beyonce); Hansha; High horse; Equinoxe; Escapist




La foule ne semble pas vouloir se refroidir en attendant la venue de la tête d’affiche et un petit Chop suey de SOAD viendra mettre le feu juste avant qu’August Burn Red n’investisse la piste pour un tour de chant et de danse des plus plaisants. Venus fêter les 10 ans de la sortie de Messenger, la setlist, sans surprise, déclenchera l’enfer sur terre et fera péter le thermomètre et les plombs de la salle !
Eh oui, vers la 3eme ou 4eme chanson, blackout total, plus de son, plus de light, rien ! ABR a fait sauter la boite de plomb et écope d’une interruption de concert de 5 minutes histoire que tout se remette dans l’ordre (heureusement jusqu’à la fin du show). Fort heureusement, leur professionnalisme et le « fan boyisme » de la salle suffiront à faire repartir de plus belle l’ambiance dès la reprise des chansons.
Apres avoir joué l’album en intégralité et dans l’ordre, le groupe nous réserve une triplette infernale avec Invisible Enemy, Ghosts (Found In Far Away Places) et White Whashed (Constellations) histoire d’achever ceux qui arrivaient encore à tenir sur leur jambes avec cette chaleur.


Setlist August burn red : The truth of a liar ; Up against the ropes ; Back burner ; The blinding light ; Composure ; Vital signs ; The eleventh hour ; The balance ; Black sheep ; An american dream ; Redemption ; Invisible enemy; Ghosts; White Washed

Related posts

DRAGONFORCE – TWILIGHT FORCE

Emmanuelle Neveu

HELLFEST 2013 Day 1 : Before War

Stephan Birlouez

AUDREY HORNE – DEAD LORD – DEAD CITY RUINS

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.