Among The Living
Live Report

HELLFEST 2023 – Première impression

HELLFEST Open Air – XVI

15-18 juin 2023


Le HELLFEST change, évolue. En véritable reptile il fait sa mue inexorablement. Toujours dans le renouveau, il s’adapte, dérange, crispe mais on y revient et c’est révélateur d’un grand événement.
Festival majeur Européen dans le Métal, il doit faire face à bon nombre de détracteurs/haters, même parmi ses « partenaires » (coucou Ouest France et ses articles « putaclics »).

Disney Land du Métal ? Et alors ?

Ce festival est avant tout celui des festivaliers. Disney Land du Métal ? Et alors ?
Oui la population des festivaliers a changé, on y voit davantage de tee-shirt du HELLFEST que de ceux des groupes aujourd’hui. Dommage collatéral de son succès, cette fréquentation que l’on aime qualifier de « touristes » n’est pas forcément un mal, popularisant ce succès unique dans le milieu et avec une « French touch » dont nous devrions tous être fiers. Le public vieillit aussi avec une moyenne d’âge autour de la quarantaine aujourd’hui.
Certes le prix est conséquent, avec ces 329€ à sortir. Mais dans sa configuration sur 3 jours et demi, l’affiche s’étoffe et ce n’est finalement pas cher payé étant donné le nombre de groupes.

Aux détracteurs/haters Métalleux, revenez et faites en sorte qu’il change de l’intérieur en occupant l’espace. Nous avons toutes les cartes en main pour faire perdurer la magie de ce festival sans équivalent à ce jour.  Alors bougez votre cul pour dépenser votre énergie en famille plutôt qu’en bashing !



Cette année ne déroge pas aux autres, avec son lot d’aménagements du site en particulier. La Valley a déménagé du côté de la Warzone et a perdu sa couverture en devenant découverte. Le merch (nerf de la guerre) a emménagé dans The Sanctuary, un bâtiment dédié qui facilite le flux. Les anciennes « baraques » à merch sont devenues des bars, fluidifiant l’accès à « l’hydratation ».

La déco du site à son lot de nouveauté également, avec notamment ce nouveau crane aillé chromée accueillant les festivalier et cette roue de squelettes a coté de la Valley. Cette dernière vient du Burning Man 2011, créée pour l’évènement, elle voyage en Europe cet été avant de rentrer au bercail. Car le HELFFEST c’est aussi une balade dans une musée d’art contemporain, quoiqu’on en pense on est loin de Disneyland.

La météo nous a gâté malgré quelques caprices humides bien conséquents. Le tonnerre au début de la prestation des THUNDERMOTHER était aussi annonciateur du déluge qui suivi que de la participation active des dieux du Métal.

Globalement cette 16ème édition du HELLFEST m’a plutôt emballé. Une belle affiche laissant plus de place aux jeunes générations de groupes, notamment en haut de l’affiche. Avec toujours son lot de belles découvertes pour ma part comme CODE ORANGE et son énergie, les spicy BLOODYWOOD aussi improbables que catchy. SKYND m’a envouté avec son charme aussi hypnotique que dérangeant, et j’en passe et des meilleurs.


hellfest 2023


Les anciens ont également eu la part belle, avec plus ou moins de réussite. D’IRON MAIDEN et son set impeccable à SKID ROW en guise de très bonne surprise, certains en ont encore vraiment sous le pied. Ce n’était pas le cas pour GENERATION SEX avec un Billy Idol rincé et sans voix, ou encore MOTLEY CRUE plus pathétique qu’autre chose.

A noter la très bonne prestation de DEF LEPPARD également, mais aussi celles de NOTHING MORE (la claque), PANTERA (plus de peur que de mal et quel set), PARKWAY DRIVE (imperial), BEHEMOTH, etc… (la liste est trop longue). Mention spéciale pour SLIPKNOT de retour au HELLFEST en très grande forme et sans son clown, mais aussi à l’incroyable set de TENACIOUS D.

Les habitués ont été au rendez-vous également, de AMON AMARTH à POWERWOLF sans oublier CRISIX remplaçant au pied levé INCUBUS qui à annulé au dernier moment son set (un des membres du groupe etant souffrant).


Hellfest


J’ai également vibré sur HYPNO5E bien sûr, mais aussi avec KALANDRA (je sais, c’est mon côté « fleur bleue »), et bien entendu PAPA ROACH (on ne se refait pas). Grosse claque avec I Prevail, Nightfall, In Flames (forcément), AKIAVEL et ACOD (ah le sud ). LORNA SHORE a également mis le feux à la ALTAR, comme CANDLEMASS (pour les plus anciens). Bref, la liste est trop longue.
Impossible de faire la fine gueule avec une affiche pareille, à moins d’être de mauvaise foi. Il y en a pour tous les goûts, et les prestations ont tenu leurs promesses dans l’ensemble.


Hellfest


Le HELLFEST, une atmosphère particulière.

Alors oui, c’est une réussite une fois de plus, attirant son cortège de critiques, sport national français.
Beaucoup moins de Black Métal cette année je trouve, par rapport aux années précédentes. A l’image des critiques à propos de « l’interview » donnée par Ben Barbaud à Ouest France (et bien amputée pour exciter la sphère « bien-pensante), le HELLFEST cèderait il un peu à la pression ? J’aime à penser que non.

Cette année l’affiche m’a bien plu, faisant la part belle à la découverte et laissant les « petits » groupes se rapprocher du haut de celle-ci.
Bref vous l’aurez compris je me suis laissé emporter par l’atmosphère si particulière du HELLFEST, du temps passé avec les potes, dans cet écrin dédié au Métal. Perso j’y retournerai l’année prochaine !

Un big Up à l’equipe de sécu des Challenger (mention spéciale à Pascal Maufret et la team) pour leur boulot et leur professionnalisme. On oublie pas les bénévoles, acteurs majeurs de la réussite du HELLFEST.



La galerie qui s’aliment au fur et à mesure du traitement des photos 


Related posts

SUM 41 + NEWDRIVE + HOLLERADO @Le Trianon Paris

Stephan Birlouez

PABLO MOSES & The Handcart Band – Ryon @Le New Morning – Paris

DIRKSCHNEIDER – RAVEN @La Machine Du Moulin Rouge Paris

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.