MUSIKÖ-EYE FEST #2 (2019)
Crosne – Espace René Fallet
Samedi 13 Avril 2019


Retour sur un Festival Francilien, digne des grands, qui nous proposait une affiche hexagonale riche et variée pour son édition 2019.
Outre une affiche aux petits oignons, l’orga a mis les petits plats dans les grands en proposant un market étoffé, un bar fourni en bières locales (dont une verte…) et une restauration du même acabit (pas vert hein).
Question groupes, on est également largement bien servi, avec un panel du fleuron français et un mélange des genres capable de satisfaire la sphère métal dans son ensemble.
Passer de MOBIUS et son approche prog subtile et sublime, au Thrash sans concession de MALKAVIAN en passant par le rock bien cogné de MOLYBARON et MALEMORT, il était bien difficile de ne pas trouver son bonheur ce samedi à Crosne.
Malgré cela, on ne peut que déplorer une fréquentation timide d’un festival qui ne se trouve qu’à quelques pas de Paris et qui se décarcasse pour nous proposer une affiche vraiment intéressante et pour le coup locale. Il ne faudra pas se plaindre quand on n’aura plus ce choix à l’avenir (et j’en vois passer des plaintifs sur les réseaux sociaux, cela même qui ne bougent pas leur cul lorsque c’est utile, bref !).

Pour ouvrir les hostilités, c’est à SEKHMET (Le Havre) que revient la lourde tâche de mettre en chauffe une salle plus que clairsemée mais malgré cela pleine d’enthousiasme.
Distillant un Heavy Metal à texture mélodique, le quintet nous délivrera un set énergique, leadé par un Michael en chanteur investi qui ne lâchera pas l’affaire une seconde.
Avec un album éponyme à leur actif, sorti l’année dernière, le groupe nous offre un set carré et énergique, parfait pour bien commencer dans de bonnes conditions et visiblement bien apprécié par le public. Court mais efficace. Bravo.



Voici un groupe que j’attendais de pied ferme depuis un bon moment, les lyonnais de MOBIUS, et qui m’avait enchanté les oreilles avec son premier opus The Line (2016) m’ayant fait une très forte impression lors de sa sortie.
Malgré quelques problèmes techniques au démarrage, MOBIUS conquis d’entrée de jeu la salle avec son approche expérimentale du prog qui pose une ambiance superbe avec des compos techniquement pointues. Cerise sur le gâteau, la voix magnifique d’Heli sublime les titres complexes et riches de la formation. MOBIUS nous proposera même un deuxième titre issu de leur prochain opus à venir avec Sharira qui laisse entrevoir une fois de plus l’excellence qu’Abhinivesha nous a offert en ouverture du set. C’est parfait !
Le public a très bien reçu le groupe qui se sera fait assurément de nouveaux fans dont je fais partie.




On change radicalement de registre avec les parisiens d’ACEDIA MUNDI, et leur auto proclamé « Urban Death Metal ». Indéniablement ils ne sont pas venus pour faire de la figuration et rien que le doux nom de Speculum Humanae Salvationis, le titre de leur seul opus sorti à ce jour, devrait vous donner une idée de l’atmosphère du set.
Loin des attitudes blackeuses habituelles en live, ACEDIA MUNDI nous livre une prestation ou l’énergie et le chaos fusionnent. Ça se bouscule sur scène, quand les musiciens y restent d’ailleurs. Il n’y a pas de règles et finalement ça fonctionne plutôt bien.
Inutile de vous dire qu’ACEDIA MUNDI c’est du brutal.
A la fois lourd et puissant, le Black du quintet est de très bonne facture, et les 7 titres (dont deux reprises) qu’ils nous balanceront sans prendre de gants feront le boulot.





Changement de décor avec LYNN et la sensuelle Anna au chant, qui monte sur scène le jour de la sortie de leur excellent premier opus Saint, un album habité par la folie. La voix de la belle force le respect. Entre chant clair et growl puissant, elle ne laisse pas indifférent. En front woman charismatique elle maîtrise bien le set, qu’elle vit pleinement à travers son personnage inquiétant.

Musicalement c’est à la fois massif et aérien. Le quatuor distille un heavy bien noir prenant racine dans les plus sombres films d’horreur dont ils tirent leur inspiration. Le public semble sous le charme et plutôt subjugué, LYNN fait mouche. Une demi-heure pour fêter la sortie de son album c’est court, et on en veut encore plus. Gage que le set fut bon et que les Parisiens ont de l’avenir. Bravo.




Fort de leur tout nouvel album Cycle, DATHURA vient faire passer l’épreuve du live aux toutes nouvelles compositions.
Il faut bien dire que les titres de Cycle passent très bien sur scène et la prestation est à la hauteur de l’album. Très technique et carré, le quatuor se donne sans retenue sur la scène de l’espace René Fallet.
Entre brutalité et douceur, le tout sur fond de riffs acérés et de solides rythmiques, entre chant clair et guttural, l’équilibre est atteint. Bravo messieurs pour votre performance qui valide haut la main celle de votre album.




Changement de registre pour un groupe qui est arrivé dans mon top des coups de cœurs 2017 avec leur premier opus éponyme MOLYBARON.
Quel groupe talentueux. Il a déjà tout d’un grand avec juste un album à son actif. La musique distillée par ce quatuor est un vrai tourbillon de pur Rock inventif et varié aussi séduisant qu’addictif. Et cet après midi ils ne décevront pas, une fois de plus, nous gratifiant même de quelques titres de leur prochain opus à venir, toujours habités par la même énergie et dotés d’un nouveau batteur.
Le public adhère forcement. Comment pourrait-il en être autrement face à un des plus prometteurs des groupes français ? Bravo les gars, ce fut une très belle prestation.




Belle découverte pour ma part que MALKAVIAN et son Thrash oldschool qui me parle d’entrée de jeu. Le quintet Nantais ne fait pas dans la dentelle et c’est ce que l’on attendait d’un groupe comme MALKAVIAN. Musicalement c’est massif et puissant. Romaric assure un chant parfait en leader charismatique. A la frontière du Thrash et du death, la transition avec MOLYBARON est brutale, et c’est ce qui fait le charme du MUSIKÖ_EYE FEST.
Je repartirai avec un groupe à découvrir sur album, sachant qu’une nouvelle galette devrait bientôt arriver et dont les gus nous ont partagé la primeur aujourd’hui avec Splattering The Wall.


Malkavian



Je parlais de charisme, et assurément pour VOLKER c’est une chose dont le groupe ne manque pas. Malgré une intro un peu chaotique et des problèmes techniques, les bordelais ont de nouveau livré un set remarquable, fort de leur nouvel opus Taste Of The Dead. Bien dans leur univers post punk horrific, le jeu de scène de Jen Nyx (la chanteuse) ne laisse pas indiffèrent et envoie du lourd.

Avec VOLKER on sait parfaitement à quoi s’attendre : un bon tabassage en règle et une setlist balancée sans temps morts. Les titres du dernier opus passent également très bien l’épreuve du live et confirment la qualité d’un album salué par la critique. Bravo.



Changement radical d’univers une fois de plus avec MALEMORT, groupe à l’énergie communicative et au verbe juste. Impossible de rester de marbre à leur prestation et en particulier à celle de son leader Xavier, amoureux de la langue française et auteur de textes aussi riches que captivants.
MALEMORT c’est du bonheur en barre, tant par la prestation scénique que pour l’oreille.
Ce soir ils nous joueront l’intégralité de leur album Ball Trap, album qui avait légitimement fini dans mon top 10 2017 aux cotés de MOLYBARON.
MALEMORT c’est un style indéfinissable (et c’est tant mieux), une joie d’être sur scène qui force le respect, et surtout une volonté de perfection qu’il est rare de voir. Une fois de plus les franciliens auront fait le show et c’est sous une acclamation qu’ils termineront sur un Cabaret Voltaire désormais incontournable. Pa pa la….



Malgré un décalage de planning et l’heure tardive, il reste encore un peu de monde pour le dernier groupe et son univers bien sombre. Khaos-Dei attaque son set dans une ambiance enfumée et noire, conformément à son image.
J’avoue ne pas être vraiment entré dans le set des blackeux français, probablement par ignorance de leur production mais également par leur approche bien particulière du Black Metal.
Techniquement c’est bien balaise, et c’est bien puissant. Reste pour moi à écouter sur album histoire de me faire une idée plus précise du projet.

Une fois de plus l’orga du MUSIKÖ_EYE Fest a fait les choses avec classe et dévouement, proposant une édition de qualité et faisant la promotion d’un Rock, au sens large, made in France. Et il faut dire qu’on est bien servi question groupe de qualité. La Preuve. Merci


ACEDIA MUNDI

ACEDIA MUNDI

ACEDIA MUNDI

ACEDIA MUNDI

ACEDIA MUNDI

DATURHA

DATURHA

DATURHA

DATURHA

DATURHA

DATURHA

KHAOS-DEI

KHAOS-DEI

KHAOS-DEI

KHAOS-DEI

KHAOS-DEI

LYNN

LYNN

LYNN

LYNN

LYNN

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MALKAVIAN

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOBIUS

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

MOLYBARON

SEKHMET

SEKHMET

SEKHMET

SEKHMET

SEKHMET

SEKHMET

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

VOLKER

Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019