Among The Living
Chroniques Albums

Motionless In White – Graveyard Shift

Motionless In White - Graveyard ShiftMotionless In White – Graveyard Shift
Sortie le 5 mars 2017

Chris Motionless – All Vocals
Ricky Horror – Guitar
Ryan Sitkowski – Guitar
Devin « Ghost » Sola – Bass

 

 

 

 

 


Quatrième opus des américains de Motionless In White, Graveyard Shift signe un retour sur scène plutôt réussi dans le genre. Chris Motionless et sa tribu frappent fort avec ce nouvel opus. Bien équilibré et truffé de titres forts, Graveyard Shift est mature et remarquablement bien composé.
Ouvrant sur Rats, le ton est donné quant à la teneur du méfait. Le titre est puissant, et, sous influence directe d’un Marilyn Manson, il n’en demeure pas moins rudement efficace.
On enchaine sur un Queen For Queen bien énervé dont les arrangements n’auraient pas déplu à un Rob Zombie, et sur lequel Chris Motionless donne toute la puissance de sa voix en growl sur fond d’électro bien senti.
Autre adaptation avec Necessary Evil sur lequel  Janathan Davis vient donner de la voix. Bien évidemment le titre prend d’entrée de jeu une orientation « Kornienne » vraiment pas déplaisante avec une rythmique bien lourde. Les voix sont claires et parfois lyriques, alternant avec des gueulantes du meilleur effet. Cette collaboration est plutôt une réussite.
On continue notre plongée dans le brutal avec Soft, titre on ne peut plus mal porté tant la claque dans la gueule est violente. C’est indéniablement un des morceaux forts de l’album.


Motionless In White - Graveyard Shift


A ce stade de l’écoute on a compris la démarche de ce groupe qui brasse large pour toucher le plus vaste public afficionados d’un métal electro/emo/hardcore/et tutti quanti. Not My Type: Dead As Fuck 2 est l’exemple type du titre bourré d’électro qui s’adressera plutôt à un public jeune de sa fan base gothique, avec des textes sombres et nécrophiles (au même titre que The Ladder).

Quelques titres viennent un peu plomber ce Graveyard Shift comme Voices par exemple ou encore ce Loud (Fuck It) convenu. Mais il faut bien avouer que l’ensemble est très bien construit et la production impeccable.
On peut décemment dire que le groupe est au sommet de son art. Avec des titres comme 570, The Ladder ou encore Soft ils font montre de variation et de créativité. Pour les fans de groupes comme Papa Roach, Marilyn Manson, Rob Zombie et j’en passe du genre, cet opus est fait pour vous. Pour les autres,  il n’est jamais trop tard pour une bonne découverte.


Related posts

Ace Frehley – Origins Vol.1

Stephan Birlouez

VADER – The Empire

Byclown

HAVOK – Conformicide

Byclown

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.