Among The Living
Interview

Interview FOREST IN BLOOD

Entretien avec une belle bande de pirates, celle des FOREST IN BLOOD, qui nous cause de leur dernier mefait “Haut et Court“.


Haut et Court est-il la suite de Pirates ? Il y a deux ans quand on vous avait rencontré vous  nous aviez dit que pour lors de la session d’enregistrement de Pirates vous aviez composé  suffisamment de titres pour un deuxième CD. 

Oui et non pour dire vrai…  

Oui, car dès le départ nous sommes partis sur l’idée d’une trilogie, »Haut et court » est donc  l’act 2.  

Non car pour cet album, nous sommes repartis de zéro, jetant par-dessus bord, tout ce qu’il  y avait avant ! On ne part pas à l’abordage avec du matériel usagé !  

-En novembre 2019 vous annonciez la sortie prochaine d’un nouvel album. C’est uniquement  le confinement qui fait que cet album sort maintenant ? 

Oui exactement, il aurait dû sortir aux alentours du mois de Juin, avec une release party et  pleins de dates derrière… circonstances particulières obligent, il a dû être repoussé, avec  accord de notre label, nous avons décidé qu il était temps de le sortir, le 15 novembre, si  nous pouvions apporter un peu de joie à tous les pirates qui nous suivent, nous sommes  toujours partant. 

De plus cela relancera la consommation de rhum et de ce fait redressera la courbe des  naissances, tout est calculé.  

-Est-ce que vous êtes d’accord si on vous dit que votre dernier album est plus concis, plus  ramassé au niveau des compos que les précédentes productions ? 

Oui je suis d’ accord cela est peut être dû au fait que l’on ai passé 2 mois en studio. Sur cet album nous avons travaillé différemment, à 1 mois de la date d’entrée en studio, on  n’avait que dalle, donc on s’ est bougé le cul et sommes arrivés en studio avec des morceaux  de morceaux.  

Nous avons donc, comme Metallica, pris notre temps, nous remercions au passage  Andrew Guillotin de l Hybreed Studio de sa patience et d’avoir accepté notre rhum.  Sacrée expérience d’avoir tout ce temps pour bosser, peaufiner, faire des essais de son,  tester des chants.  

Du coup cela nous a permis d’ aller à l’ essentiel et d’avoir ce résultat final dont nous sommes  si fiers.  


FOREST IN BLOOD – Haut et Court


-Il y a un titre en français sur l’album. Pourquoi avoir chanté ce titre en français en  particulier ? 

Sur l’album “pirate”, il y avait des titres de morceaux en français, le titre de cet album,  peut être dit en français ou en anglais, selon la personne.  

Les plus grands noms de la piraterie étant français, nous leur rendons hommage, en  utilisant notre langue natale. 

Sur ” Haut et Court “, nous avons franchi une étape en chantant en français pour la  première fois, de plus avec le guest qui est sur ce titre, Nico de Thé Arrs, cela a été un plaisir  de plus.  

-Comme sur Pirates, on trouve des interludes instrumentaux. C’est quelque chose que vous  travaillez en particulier ? 

Cela fait partie entière de notre conception d’un album, elles permettent vraiment de rentrer  dans l’ univers de « Haut et court », on y imagine les exécutions, la sentence, l’échafaud,  une vrai bande son. 

-Peut-on dire que FOREST IN BLOOD est bien reparti pour durer ?  

Mais oui évidemment, comme je le disais plus haut, nous sommes partis pour une trilogie,  donc encore un album à minima.  

-Quel regard avez-vous aujourd’hui sur la scène Hardcore française ?  Elle a beaucoup changé ?

depuis nos débuts en 1998, beaucoup plus pro et organisée c’est certain.  J’ai beaucoup d’affection pour la scène rennaise, qui a toujours été active grâce à des  groupes comme Hardmind et Entertain The Terror, je te citerai aussi les groupes alsaciens Maussade, Bastion, Six Grammes Eight, et un coup de cœur pour Wolfpack, qui aurait dû  jouer et jouera au prochain Hellfest !  

-Qu’est ce qui vous fait avancer aujourd’hui musicalement pour avoir une niak pareil ? 

La vie en général, les joies et peines qu’ elle peut t’ apporter. Le fait de prendre la route, faire  des dates, aller à la rencontre de notre public, discuter avec les gens, boire du rhum.  Nous pirates nous sommes une nation qui commence là ou s arrête celle des oppresseurs,  nous prônons la liberté, la fraternité, vivons notre vie à 1000% 


forest in blood pirates


-Au niveau du financement vous vous en sortez ? Est-ce que « Pirates » s’est auto financée ? 

Un pirate ne révèle jamais ses finances sachant que les caisses sont relativement pleines, d’ ailleurs, nous allons faire gagner quelques pièces d’argent tantôt ! Je sais notre générosité  nous perdra…  

-Quelle est la « road map » de FOREST IN BLOOD en cette période de Covid19 et  d’incertitude concernant le milieu du spectacle ?  

Pour l’ instant nous sommes en cale sèche, le programme : améliorer la recette de notre  fameux redrum, pour vous en faire profiter prochainement. Pour les concerts nous espérons  que cela reparte très vite, on a un album à défendre et pleins de festoyades de prévues à  travers l’Europe.  

-Avez-vous toujours votre partenariat avec les rhums SAINT JAMES et Caraibos? Si oui, avez- vous fait des analyses récemment ?  

Oui c’est à la vie à la mort ! Pour la petite histoire, l’usine Saint James est située à Sainte Marie en Martinique, ville d’où je suis originaire.  Très pratique pour les ravitaillements  

On vous laisse le mot de la fin. 

Va dire aux oppresseurs, que leur royaume s’arrête où commence le nôtre !! Achetez notre CD, partagez le, et buvez du rhum Saint James minimum 50 degrés 


Related posts

Interview avec Z FAMILY

Emmanuelle Neveu

Entretien confiné avec Low, guitariste du groupe HELL OF A RIDE

Stephan Birlouez

Entretien avec Robyn et Rich de STONE BROKEN

Lévana Bajnouni

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X