Among The Living
Interview

Interview du groupe SHUFFLE avec Jonathan.

Bonjour, première interview de ton groupe pour Among The Living à l’occasion de la sortie de votre opus  Upon the hill. Comme tu peux t’en douter, j’ai pas mal de questions à te poser, mais avant cela, la question d’usage : merci de te présenter et de présenter le groupe.

Je suis Jonathan, bassiste du groupe. Shuffle ce sont 4 personnes, avec un guitariste chanteur, un bassiste, un batteur et un clavier, et nous faisons tous les chœurs. Nous jouons du rock alternatif, c’est-à-dire du rock avec pas mal d’influences différentes comme le métal, le hip hop, peut-être un peu le jazz aussi dans la manière de penser les choses.

Comment vous êtes-vous rencontré ?

On s’est rencontré via un projet d’une association de notre ville sur le thème des reprises des chansons du groupe Pink Floyd et on a fait ce projet-là ensemble. A partir de ce moment-là on a commencé à jouer ensemble pour Shuffle mais on se connaissait déjà un peu d’avant, enfin surtout avec Jordan puisque c’est mon frère !

Question inévitable pour mieux appréhender votre musique : quelles sont vos influences musicales ?

C’est une question relativement compliquée sachant qu’on n’a pas tous les mêmes. Me concernant, j’écoute pas mal de groupe californiens des années 90 a la Deftones, Incubus, POD, Cypress Hill, Rage Against the Machine, mais j’aime également Pink Floyd, Police, The Cure. Tout n’apparait pas forcement dans notre musique

 

SHUFFLE : Interview avec Jonathan.

 

A quels groupes aimez-vous être comparé et, au contraire, à quels groupes n’aimez-vous pas être comparés ?

On nous a comparés plusieurs fois à U2, ce qui est assez facile et réducteur. Mais on adorerait être comparé aux groupes californiens précités mais si, pour le coup ça se ressemble pas.

Quels sont tes derniers coups de cœurs musicaux ?

Des gros groupes de Gansta ricain metal !

Upon the hill est votre premier «  gros » album, l’occasion pour moi de te demander comment vous avez l’habitude de travailler dans le groupe pour composer vos morceaux. (Êtes-vous plutôt jam tous ensemble ou plutôt travail à la maison pour trouver l’inspiration )?

C’est surtout Jordan qui vient avec des choses mais il n y a pas de règles. En revanche on peut enregistrer a la maison car on a le matos du coup on enregistre tout, tout de suite. Cela fait qu’on a des dizaines de versions de chaque morceau à chaque fois car ça évolue beaucoup. Des morceaux métal sont devenus un peu Prog .

D’ailleurs, qui fait quoi dans le groupe ?

Tout le monde est poly instrument, même si, personnellement, je suis moins bon a la batterie que notre batterie, mais Jordan joue de tout très bien, donc lorsqu’il ramène une idée, la batterie et la basse sont déjà posé, même simplement, pour donner une idée précise de ce qu’il veut. Après, chacun travaille sa partie en mettant son grain de sel.

 

Shuffle albumCommandez ICI

Votre album propose, à mon sens, un large panel de ce qui se fait dans le Rock à l’heure actuelle, allant même, parfois vers des choses un peu plus «  NU Metal ». Comment avez-vous abordé l’écriture de cet opus en règle générale ? Avez-vous défini des limites droites et gauche, histoire de garder une cohérence ou, au contraire vous êtes-vous laissé carte blanche ?

Je pense que c’est complémentent libre. On a composé entre 20 et 30 morceaux, chacun avec des versions différentes et on a vraiment chois ce qu’on aime, ce qui nous plait

D’ailleurs y a-t-il eu beaucoup de « déchets » ? J’entends par là des morceaux non utilisés sur l’album ? (si oui, que comptez-vous en faire ?)

On ne se sait vraiment pas. Par exemple on joue en live des morceaux que l’on n’a pas mis sur l’album, alors peut être qu’on va les ré enregistrer pour le prochain album, peut-être pas. Peut-être que l’on ne mettra que des nouvelles choses car nos influences auront changé…. Rien n’a été défini la dessus pour le moment donc on verra en temps voulu.

Qu’est-ce qui vous inspire en règle générale pour écrire vos paroles de chansons ?

La vie de tous les jours et la perception qu’on en a, tout en faisant attention de ne pas prendre parti, des thématiques comme la dégradation de la planète etc…Apres on a conscience que ce ne sont pas les thématiques les plus originales et que bien d’autres groupes en ont parlé avant nous mais c’est ce qui nous plait. D’ailleurs ça me rappelle, pour rebondir sur une de tes questions précédentes, qu’on nous a pas mal comparé à des groupes que l’on ne connait même pas, comme Tears for Fears, les albums les moins connus vraisemblablement.

Combien de temps a duré la composition et l’enregistrement de l’album et où l’avez-vous enregistré ?

C’est assez compliqué car on s’est laissé 2 ans pour composer mais entre-temps on a pas mal joué et on n’était pas à 100% tout le temps. Après on vie tous en coloc donc c’est assez facile de booker des séances de compos, 1 heure par ci ou par là. On a fait le maquettage à la maison et on avait des pré-prods qui sonnaient bien .On a donc fait appel à Arnaud Bascunana dont on aimait le travail et le feeling est passé dès le premier rdv Skype. On a ré enregistré la batterie et le chant et on a retravaillé le son des guitares. On est venu avec tout ce qu’on avait, on a tout ré écouté avec Arnaud et de là on a gardé certaines choses, on en a écarté d’autres, on a fait des petites modifs çà et là et ça s’est passé assez naturellement.

Parlez-moi un peu de votre label M&O. Comment et par qui s’est fait la rencontre ?

C’est surtout Sullivan qui s’occupe de ça. On a enregistré en deux fois, la première en Janvier, où on a sorti 3 titres qu’on a envoyés un peu partout aux labels. Suite à cela on a eu pas mal de réponses de labels mais pas toujours sur notre créneau, et dans le lot on a été contacté par M&O et leur manière et leurs groupes nous ont plu donc on a foncé.

La partie la plus importante quand on fait du rock : les concerts ! Que pouvez-vous me livrer à ce sujet concernant vos performances des mois prochains ?

On est à peu près au milieu de la tournée et on va r taquer en septembre. On joue au Mans le 30 mai, à Nantes au ferrailleur le 4 juin. Pas mal de choses sont encore à venir. On reste évidemment Open pour faire des premières parties de gros groupes et on travaille dans ce sens, on a d’ailleurs envoyé notre candidature pour faire l’ouverture de Limp Bizkit pour leur prochain passage parisien.

Peut-on parler d’un clip pour cet opus ?

On a déjà sorti un clip «  assez spécial » sur la toile, je ne sais pas si tu l’as vu…

Sincèrement non, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. En même temps, lorsque tu tapes « Shuffle » sur Youtube, tu tombes sur tout sauf sur votre musique….

C’est vrai qu’on s’en est voulu après avoir choisi le nom du groupe car c’est un nom super commun en anglais. Quoi qu’il en soit, si tu tapes «  Shuffle Le mans » ou le nom de l’album tu devrais trouver. Pour en revenir à l’histoire des clips, le premier est un essai à la première personne, avec des flashbacks, c’est assez spécial. Pour le second on aimerait bien faire quelque chose d’un peu plus scénique, où on nous voit en tout cas. On aime bien les deux sortes de clips, les scénarisés et les performances live. Après par gout c’est clair qu’on aimerait bien avoir un clip à la Gorillaz, mais ce n’est pas forcément facile ! On aimerait bien faire des choses avec des performeurs artistiques, histoire de mélanger les différents arts, mais on verra pour la suite.

6 années déjà que votre groupe existe et vous n’avez pas attendu la sortie de cet album pour tourner. Quels sont vos pires souvenirs «  Spinal tap » ?

On devait faire un concert à Tours en plein hiver et à l’époque on répétait dans une salle au milieu d’un champ et au moment de partir le camion a été totalement enneigé, du coup on n’a pas pu partir. Sur une tournée en Allemagne, on nous avait prêté un camping-car, et le fait est que ça consomme ce genre de chose et la jauge d’essence du notre ne fonctionnait pas donc on roulait à l’aveugle et il s’avère que, bien entendu, on est tombé en panne dans un coin que l ‘on ne connaissait pas du tout, mais on ne savait pas que c’était dû à l’essence. Le mec qui est venu nous dépanner a eu un peu plus de nez que nous quant à la panne et nous a conseillé d’aller chercher de l’essence à la station-service la plus proche. Du coup il nous a accompagnés, on a rempli le réservoir et le camion est reparti ! Pour le remercier on lui a donné des t shirts et des albums. Ça a vraiment été une bonne rencontre.

 

https://www.youtube.com/watch?v=F4bdA1-KzWA

Related posts

Entretien avec Robin, guitariste du groupe Ghinza

Maxime Leroy

Entretien avec Rachel, Damien et R.U.L de ETHS

Emmanuelle Neveu

Entretien avec le groupe INSOLVENCY

Stephan Birlouez

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.