Among The Living
Live Report

LOFOFORA + NOISE GENERATOR @ La Machine Du Moulin Rouge

LOFOFORA + NOISE GENERATOR @ La Machine Du Moulin Rouge
26 novembre 2015
Par Mathieu DAVID


 

Après le chaos, le charisme!

Peu après avoir sorti leur nouvel album live, l’Épreuve du concert, Reuno et sa bande continuent d’écumer les salles françaises. S’arrêtant cette fois-ci à Paris, les quatre vieux briscards de la scène alternative française ne se laissent pas faire et, contre les épreuves actuelles et semant la zizanie parmi les fidèles venus prendre leur claque. Distribution garantie sur fracture.

Il faut les avoir dures comme fer pour venir jouer à Paris 13 jours après le 13 novembre. « On résiste en allant à des concerts de rock et en buvant de la bière, on a enfin une révolution à notre portée ! », ironise Reuno pendant la prestation de son groupe Lofofora à La Machine du Moulin Rouge.

Rictus de sortie, mais toujours prêt à dégainer ses paroles assassines, le chanteur se montre toujours aussi habile sur scène et dans le verbe, même après avoir passé 25 ans à cracher son « envie de tuer » à la France entière. Il capte chacun des fans présents, les flatte comme il se doit, mais les fusille également quand il le juge nécessaire, en ironisant sur l’attitude de certains lourdingues.

Mais ces derniers sont minoritaires en ce 26 novembre. L’ambiance est bon enfant. Le public hurle, jubile, chante à l’unisson et « baise sa vie » que ce soit à l’initiative des nombreux slammeurs qui sont bien accueillis par le groupe, ou en suivant les ordres de Reuno, qui obtient wall of death et circle pit en un claquement de doigts.

De part et d’autre du frontman mobile, deux musiciens stables : A sa gauche, Daniel Descieux, guitariste qui abat riffs basiques et directs ainsi que passages inquiétants. Les yeux rivés sur son manche et le sourire aux lèvres, il montre qu’il s’éclate sans en faire des caisses, même s’il s’autorise un petit solo en milieu de show. A droite du chanteur, Phil Curty, en place depuis la formation de Lofofora, se montre carré et sérieux, avec son regard à la fois perçant et impénétrable. Au fond de la scène, Vincent Hernault s’éclate sur sa batterie, en agrémentant certaines interventions de Reuno de quelques plaisanteries sympathiques.

A cet orchestre stable s’ajoutent deux invités de marque qui viennent tâter leur guitare : Stéphane Buriez de Loudblast renforce les riffs noirs de « Comme des bêtes », suivi ensuite de Sven de Parabellum, qui vient faire part de ses fantaisies sur « Rock n’Roll Classe Affaires » et « Baise ta vie ». Deux styles différents pour rendre service aux compos de Lofofora. Peu avant la fin du concert, Kshoo, de Noise Generator, vient aussi pousser la chansonnette sur « Ilôt Amsterdam », reprise de Parabellum (justement).

Chanteur charismatique, textes engagés et orchestre au diapason, le tout agrémenté d’un public des plus enthousiastes sont autant d’éléments essentiels pour une prestation réussie. Lofofora avance sans s’oublier et, surtout, s’éclate. Quelles qu’en soient les circonstances, il n’est pas question d’atténuer la flamme du metal français.


 

LOFOFORA


 

NOISE GENERATOR


 

Setlist LOFOFORA :

Notre terre
L’oeuf
L’innocence
Le Fond Et La Forme
Pornolitique
Mémoire De Singes
Contre les murs
Quelqu’un de bien
Utopiste
Élixir
Le Visiteur
Pyromane
Le malheur des autres
Comme des bêtes
Le Pire
Envie de tuer
Rock ‘n’ Roll Class Affair
Baise ta vie
La tsarine
Justice pour tous
6 Milliards
Auto-Pilote
Ilôt Amsterdam (reprise de Parabellum) 
Double A

 

Related posts

PAPA ROACH – WAXX @ L’olympia Paris

Stephan Birlouez

Steven Wilson : Presentation de son dernier DVD au Club de l’Etoile à Paris

Emmanuelle Neveu

FuriosFest 2022 St Flour

Christophe Mielot

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.