Among The Living
Live Report

ABORTED – ORIGIN – EXHUMED- MIASMAL @ Le Divan du Monde PARIS 12/12/2014

 
 
 
Paris, le Divan du Monde, vendredi 12 décembre 2014
 
 
Quoi de mieux, avant d’attaquer son week end, que d’aller se déchainer sur du bon gros Death métal de bourrin, surtout si celui-ci nous vient de Belgique ! Au programme donc e soir, ABORTED, soutenu par son leader Sven de Caluwé, qui depuis 11 ans déjà et la sortie du cultissime  Goremageddon ,  fait se bagarrer dans la fosse les plus bourrins d’entre nous. Pour réchauffer la foule en attendant le groupe de tête, MIASMAL, groupe scandinave de Death old school qui ouvre le bal, suivi par EXHUMEDet ORIGIN, rien que ça !!
 
Commençons donc sans attendre par Miasmal qui, avec son Death Old school, est loin de faire l’unanimité dans ce Divan du monde pour l’instant encore bien vide (notez que pour cette soirée le balcon du 1erétage restera fermé).
 
 
A part trois furieux au premier rang de cette fosse clairsemée, le reste du public, bien  en retrait, se contentera d’headbanger  et d’applaudir discrètement.
 
 
 
Non pas que les compositions, le son et le jeu de scènes soient mauvais, juste que le style de Death de  ce groupe ne colle pas forcement avec celui, bien plus bourrin et technique, des trois autres formations. Un peu moins de 30 minutes et puis s’en vont.
 
Passons donc aux choses vraiment sérieuses avec nos amis tout en finesse d’EXHUMED et leur Death aux accents Thrashs  merveilleux. La salle est maintenant bien remplie et dès le premier morceau, c’est purement l’apocalypse et je me fais balloter  de gauche à droite, d’avant en arrière, dommage pour les photos que j’essaye de prendre malgré tout, tant pis pour les bières qui tombent sur mon matos.
 
 
 
On est clairement rentré dans le cœur du concert, aussi je suis surpris de constater l’enthousiasme du public pour ce groupe (à en voir le nombre de t shirts ABORTED dans la salle, j’avais parié à tort que tout le monde se réserverait pour la tête d’affiche) et la brutalité soutenue au fur et à mesure du set par une quinzaine de grands couillons prêts à tout pour transpirer aux dépends de la colonne vertébrale de certains !
 
 
 
Sur scène, on commence avec une première leçon de live,  avec des musiciens ultras en place, des expressions qui suintent le death bourrin, avec leur mascotte gore qui se pointe tous les 3 morceaux pour nous faire marrer avec ses gesticulations gores et morbides proches d’un mauvais clip de Cradle of filth. 
 
 
 
Matt Harvey  est très concentré sur ses parties mais, dès lors qu’il quitte le micro, n’hésite pas à aller taper la pause à tour de rôle avec  Bud et l’autre Matt (Ferri) avant de revenir officier sagement à son emplacement. Un set bien carré, avec un vrai esprit métal festif mais pas trop (ce n’est pas Dragonforce quand même, même si je n’ai rien contre ce groupe de joyeux drilles) et un public qui répond présent ! A voir ce que ce même public aura dans les jambes durant le set de la tête car au train où vont les choses, je gage qu’il ne reste plus grand monde de valide dans le pit.
 
Quelques minutes bien méritées de répit pour les headbangers durant le changement de plateau et nous voilà vite revenu au pays de la finesse et du mosh pit avec un quatuor cher à mon cœur, les garçons de ORIGIN et leur Death ultra technique et méchamment sous-estimé, notamment à cause de la surexposition (pas infondée d’ailleurs) de formations comme Dying Fetus ou autre.
 
 
 
Mis à part le chanteur, le combo reste très statique, concentré sur ses parties rapides à faire preuve, et nous offre un sans faute technique dans style Death Shred bien chiadé qui m’avait à l’époque remué les Cellules de Corti avec leur opus Informis Infinitas Inhumanitas (je découvrais aussi  Obscura  de Gorguts et  Epitaph  de Necrophagist, c’est dire si j’ai rapidement été blasé..).
 
 
 
Quoi qu’il en soit, ce soir le son semble être de la partie (un peu moins les lights il faut dire) et Jason Keyserau chant se démène comme un beau diable pour faire vivre sa musique. Banco ! Malgré le coté très technique du combo, la mayonnaise prend tout de suite (en même temps, dans d’autres circonstances, Origin aurait pu largement assurer la tête d’affiche).Un set qui fait la part belle à leur dernière mouture Omnipresent avec tout de même des incontournables comme « Portal », seul titre de leur album de 2002.
L’heure fatidique est enfin arrivée avec la venue sur scène du combo Belge  ABORTED qui sévit depuis plus d’une 10aine d’années sur la scène Death européenne .Le groupe s’étant fait connaitre du public par le cultissime Goremaggedon , il n’a eu alors de cesse de faire évoluer son style pour le mieux et vient défendre ce soir son dernier opus  The Necrotic manifesto.
 
 
 
Comme d’accoutumée le combo nous délivrera un set ultra carré entrecoupé de moments « WTF » plus ou moins invités par Sven, le chanteur. En effet, dès le second morceau, et après une prestation bien brutale dans la fosse, le frontman au crâne rasé invite les headbangeurs, dans un français des plus corrects, à monter sur scène exprimer leurs nombreux talents : « Ici ce soir on est là alors ce n’est pas notre scène, c’est votre scène ! Tu veux monter faire n’importe quoi ? Viens, c’est comme tu veux ».L’invitation est lancée et n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Dès  Necrotic Manifesto , le plateau est envahi pas des fous furieux avides de Crowd Surfing et de bêtises en tout genre.
 
 
 
 
 
Je citerais donc pour l’exemple, vers la fin du set, un jeune apprenti bassiste, particulièrement motivé, monté sur scène pour jouer de la basse « pour de vrai ».Le bassiste de la formation, vraiment cool, cède donc l’instrument à ce jeune foufou pour que celui-ci exprime son maigre talent, aidé par Mendel, l’un des guitaristes de la troupe, pour lui montrer les accords ( et Sven de me gratifier d’un coup d’œil  vers les  backstages et d’un haussement d’épaule l’air de dire « Même moi je comprends plus alors je laisse faire » ).
 
 
 
 
Parlons-en  de ce bassiste tout en cheveux au jeu de scène ultra énergique qui, avec son chanteur, donne un réel coup de fouet aux yeux ébahis d’une foule conquise !Il faut reconnaitre que, côté jeu de scène, Mendel à la guitare et Ken à la batterie font vraiment preuve d’une sagesse parfois lassante (en même temps, derrière les futs ça va tellement vite que je conçois qu’un minimum de concentration soit de rigueur pour ne pas faire de bêtises, et force est de constater de Ken ne fait aucune bêtise…).
 
 
En milieu de set, Sven, prêt à nous cueillir, nous échauffe encore un peu plus avec un : «  Bon maintenant c’est l’heure de parler un peu de caca ! Qui veut entendre du caca ? Vous aimez ça la merde hein ?! » et d’enchainer avec des titres au combien fins comme « Gestated rabidity » ou « The origin of disease.
 
 
 
Enfin vers la fin de show, c’est tout naturellement que nous retournons vers de plaisants fondamentaux avec le merveilleux The saw and the carnage done .Quelle brutalité ce soir et quelle ambiance , sur scène comme dans la fosse !Lors de leur dernier passage parisien , pour les 10 piges de Goremaggedon, le combo Belge avait réussi à ambiancer ce  Divan du Monde mais ce n’était rien comparé à ce soir !
 
 
 

Setlist :
 
ABORTED
 
Dead Wreckoning
Meticulous Invagination
Necrotic Manifesto
Hecatomb
Coffin Upon Coffin
Fecal Forgery
Expurgation Euphoria
The Holocaust Incarnate
The Extirpation Agenda
The Origin of Disease
Gestated Rabidity
Sanguine Verses (…Of Extirpation)
Cenobites
The Saw and the Carnage Done
 
Rappel:
 
Nailed Through Her Cunt
 

 
ORIGIN

Reciprocal
Expulsion of Fury
Purgatory
All Things Dead
THRALL:FULCRUM:APEX
The Aftermath
Redistribution of Filth
Evolution of Extinction
Portal
Unattainable Zero

Related posts

HELLFEST 2022 – Part 2

Lionel 666

SAXON – LAST IN LINE – GIRLSCHOOL @ Le Trianon – Paris

Stephan Birlouez

MADNESS + CHAINSKA BRASSIKA @ Salle Pleyel Paris

Loïc 'Lost' STEPHAN

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.