Among The Living
Live Report

BABYMETAL – WARGASM @l’olympia Paris

BABYMETALWARGASM

L’Olympia Paris – Mercredi 6 décembre 2023



C’est encore un Olympia qui affiche complet ce soir avec une programmation surprenante par le mélange des genres. Bien entendu c’est le phénomène BABYMETAL qui aura attiré la majorité des spectateurs, la file qui s’étend à perte de vue sur le boulevard des Capucines parle d’elle-même de par sa composition.

 

WARGASM

 Ce soir la grosse claque, pour ma part, viendra de la perfide Albion avec un duo explosif et tellement intense. Enfin duo à la ville, mais bien quintet sur scène. Distillant une électro pop/rock tirant sur un métal bien musclé, Milkie Way et Sam Matlock ont mis le feu à l’Olympia. Et contre toute attente, le public a bien suivi le mouvement, malgré une petite retenue face à l’avalanche de décibels balancée ici.
Quels énergie et jeu de scène. En ouvrant sur Venom, la salle est plongée d’entrée de jeu dans l’univers barré du groupe. Milkie Way, en ingénue destroy tirant plus sur la Harley Quinn qu’autre chose, affole.  Sam Matlock est comme un fauve en cage. Il n’arrête pas de bouger à l’instar de sa partenaire. Sur la droite, Edison Hunter fait sa vie. Visière rouge et bandana, il occupe son espace entre danse et bouffées de cigarette électronique denses.
Même topo pour Adam Breeze derrière les fûts. Il est aussi habité que le reste de la bande.
Milkie Way tombe rapidement la veste et la mini-jupe en cuir pour finir en shorty et T-shirt court. La température monte. La belle a du coffre et hurle comme une folle, et Sam Matlock n’a rien à lui envier.
Le final sur la combinaison Do it So Good et Spit lève complètement mes doutes : j’ai kiffé.
Entre Screamo et cyberpunk hardcore, avec une dose de The Prodigy, WARGASM a fait ma soirée.
C’est au tour des BABYMetal de prendre le relais, et pour cela je laisse à mon pote Nico le soin de vous en causer, étant plus au fait sur le sujet



BABYMetal by Nico

Après le passage de WARGASM, le public est désormais chaud et impatient. Ce public qui attendait fébrilement la venue du groupe nippon est sur le point de voir ses vœux exhaussés. Il est vrai que ce n’est que leur troisième passage en salle en tant que tête d’affiche.

Après une projection narrée tentant d’expliquer les implications du Metalverse dans l’hystérie collective qui vient de prendre possession du public, c’est « BABYMETAL DEATH » qui lance les hostilités, ce qui a du sens quand on voit la structure du morceau qui est une sorte de présentation du groupe. Les hits vont s’enchaîner de façon assez fluide en proposant des ambiances variées. Du kawaï « Gimme Chocolate !!» au puissant « Distorsion » en passant par le dansant « PA PA YA !!», tout est là pour faire bouger la salle qui, à ma grande surprise, est impériale. Tout le monde chante, danse, dans une bonne humeur communicative que nos trois protagonistes sauront apprécier. Ce qui refroidissait un peu lors des premiers passages s’estompe petit à petit.

l’unanimité dans un Olympia comble.

La rigueur nippone alliée à ce stoïcisme était très déroutante pour un occidental, mais cela appartient désormais au passé. Les demoiselles n’hésitent pas à jouer généreusement avec le public, à rire, à saluer. Et cette chaleur a largement contribué au succès de la soirée. Même le groupe du musicien (le Kami-band) a eu droit à son moment de gloire pour faire étale de leur talent, et ça a également contribué à rendre le show plus organique.
Si l’on rajoute à cela des titres mélodiques sublimés par les vidéos projetées, vous arrivez à des moments agréables comme sur « Brand New Day » ou « Monochrome » où l’on se pose juste pour admirer le show. « BxMxC » et le son djent ultime a vraiment fait l’effet d’un rouleau compresseur, et « METALI !! » (dernier morceau en date avec Tom Morello en guest) semble faire l’unanimité dans cet Olympia comble.

Bien que court (1h10 au compteur), le set était agréable, tout comme ces trois danseuses et le public, qui dans son hétérogénéité a su faire trembler les murs de cette salle historique. Avec une tournée qui affichait complet, BABYMETAL a clairement un avenir et un potentiel à développer sur notre bon vieux continent.


 

SETLISTS

 


Related posts

Black Bomb A + Aqme + Darkness Dynamite

Stephan Birlouez

Black Bomb A – Sidilarsen – The Butcher’s rodeo

Yann Fournier

UNSCARRED + FRANTIC MACHINE + PLEASURE TO KILL

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.