Among The Living
Live Report

DEEP PURPLE @ Le Zénith de Paris 2012

 
 
DEEP PURPLE @ Le Zénith de Paris Mardi 13 novembre 2012.
 
Guest : JiMixBand
 
C’est un Zénith de Paris plein qui reçoit ce soir un des piliers du Panthéon du Rock, habitué de la scène française, je veux parler de DEEP PURPLE.
En ouverture de cette célébration, la bande de Jimmy Klimsop (JiMixband) avait la tâche difficile de faire bouger une salle acquise à la tête d’affiche et, il faut l’avouer, on ne pouvait pas programmer un groupe moins en phase avec le style de la soirée.
 
 Le Chanteur Bassiste et son groupe nous ont malgré tout délivré une prestation vraiment énergique et sans accroc, naviguant dans un style que je qualifierais d’Electro Funk. 
Le public ne s’y est pas vraiment retrouvé, excepté pour une poignée de fans venus en découdre.  Dans un autre contexte probablement qu’ils auraient fait mouche. 
 
 
Ça groove, c’est entrainant mais ce n’était ni le lieu, ni le moment et surtout pas le public. 
 
Inutile (je l’espère pour vous) de présenter Deep Purple, un des groupes qui, aux prémices des années 70, sera l’architecte de la décennie et géniteur du Hard Rock tel qu’on le connait aujourd’hui.  Après plus de 40 ans de carrière, 130 millions d’albums vendus, des tournées marathons, des breaks et un line up fluctuant, Deep Purple nous revient avec une formation homogène et quasi originelle. 
La salle plonge dans l’obscurité et la ferveur de la foule s’élève d’un coup. 
 
 
Une ovation à des icônes vivantes, comme un remerciement aux bons auspices d’être bien là pour l’évènement.  
C’est un Ian Gillan tout sourire, accompagné de ses acolytes de la première heure, Roger Glover et Ian Paice, qui investit la scène. Ils sont accompagnés du guitariste Steve Morse (arrivé en 1994 et remplaçant Ritchie Blackmore) et de Don Airey aux claviers (remplaçant depuis 2002 le sublime et regretté John Lord). 
 
Le set commence fort avec un Fireball surpuissant qui efface d’un roulement de grosses caisses les éventuelles craintes que certains pouvaient avoir quant à la vivacité des « papis » du hard Rock. Ils sont en formes et bien là. Le son est nickel et Ian Gillan, en maitre de cérémonie, pose sa voix toujours aussi juste, titillant les désirs de la salle qui communie avec le groupe. 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il est impossible de ne pas tomber sous le charme de cette formation qui, cela crève les yeux, prend son pied sur scène. Il y a une cohésion rare entre les membres du groupe qui nous délivrent le meilleur de Deep Purple. C’est après le magnifique Strange Kind of Woman que Steve Morse nous balance le premier des breaks « solo » qui ponctueront la soirée pour le plus grand plaisir des zicos et nostalgiques d’une époque où c’était la coutume. 


 
Une démonstration qui place  Steve Morse parmi les grands de la scène. Son jeux donne un coup de fouet aux compos, qu’il a par ailleurs parfaitement intégrées : chapeau bas à ce grand monsieur. 
 
Le zénith est en parfaite osmose avec ses invités. Le public ne lâchera rien jusqu’à la dernière note et la bande de Ian Gillan le lui rend bien. S’enchainent une palanquée de classiques comme The Well Dressed Guitarclos par un solo bien accrocheur de Ian Paice, Lazy, No one Came (à la fin duquel Don Airey nous balancera un solo à la touche John Lord : Hommage !!), le magnifique Perfect Stranger (j’ai plus qu’un faible pour celui-ci…) et l’incontournable Smoke on the Water qui finit de mettre le feu à la salle. En rappel, la bande de Ian Gillan nous gratifie d’un Hushsuivi de Black Night qui clos en beauté, et sous une standing ovation de la salle, ce set mémorable. 
 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Mon seul regret est de ne pas avoir entendu ce soir le légendaire Higway Star. Une impasse que le public aurait très certainement troqué contre un ou deux solos écourtés. Que les absents ne désespèrent pas trop, les Deep Purple tournent, comme ils l’ont toujours fait et sans compter, alors gardez un œil sur les billetteries et au prochain passage il n’y aura pas d’excuses d’acceptées !! De plus lorgnez du côté des bacs car en février prochain, une surprise attendue depuis 7 ans déjà devrait voir le jour…
 
 
 
 


Setlist Deep Purple

  1. Fireball
  2. Into the Fire
  3. Hard Lovin’ Man
  4. Maybe I’m a Leo
  5. Strange Kind of Woman
  6. The Battle Rages On
  7. Contact Lost
  8. Solo de guitare
  9. Wasted Sunsets
  10. The Well-Dressed Guitar
  11. The Mule (Solo de Batterie)
  12. Lazy
  13. No one came
  14. Solo de Clavier
  15. Perfect strangers
  16. Space trucking
  17. Smoke on the water
Rappel
  1. Hush
  2. Black night 

Gallerie DEEP PURPLE

Gallerie JiMiXBand
 

 

 

Related posts

MANTICORA – SEVEN KINGDOMS au Divan du Monde

Stephan Birlouez

OPETH – ALCEST – LE BATACLAN – PARIS – 05/11/2014

Stephan Birlouez

ACCEPT + THE NEW ROSES @ Le Trianon Paris

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X