Among The Living
Live Report

DEEP PURPLE – STENGAH – La Seine Musicale, Boulogne-Billancourt

DEEP PURPLESTENGAH
La Seine Musicale, Boulogne-Billancourt (92)
Jeudi 7 juin 2022

Photos by Krist N’Rock


Considérés comme les pionniers du hard rock, le légendaire groupe britannique Deep Purple décide de poser ses bagages dans l’imposante salle de la Seine Musicale, située au sein même de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt.

Depuis de nombreuses années et de multiples allers-retours, la formation figure parmi les groupes les plus influents et respectables comme Led Zeppelin, The Who, Pink Floyd..

Pour être tout à fait sincère, voir le groupe en concert faisait partie de mes objectifs de vie puisque les albums Burn (1974, Fireball (1971) et bien plus tardivement The House of Blue Light (1987) tournaient infiniment en boucle dans mes jeunes oreilles lors de mes premières découvertes musicales.

Les Français de Stengah ouvrent le bal avec une prestation mélodique mêlée à un fort chant plus qu’efficace. Musicalement c’est un choix audacieux au regard de la tête d’affiche et son public. Distillant un Metal plutôt cogné aux influences comme Meshuggah ou encore Deftones, le public de DEEP PURPLE passe de l’etonnement pour les plus vieux à l’adhésion pour les plus jeunes. Perso je n’ai pas spécialement accrochée, mais je ne m’interdis pas de les voir dans une salle plus petite pour une nouvelle expérience. 
Après la prestation des lillois Stengah et une interminable entracte avant le début du show, les lumières s’éteignent sous un tonnerre d’applaudissements.



Digne de la perfection! 

Les musiciens parviennent sur la scène dédiée avec un décor de fond laissant apparaitre le visuel de leur quatrième album studio In Rock (1970), qui à l’époque s’inspirait expressément des figures du Mont Rushmore.

Une misérable interprétation du mythique Highway Star résonne dans la salle ce qui me laisse préalablement un gout amer pour la suite de l’événement mais le leader Ian Gillan sort progressivement de cette situation en chantant assurément la suite des morceaux. C’est avec grand étonnement que j’observe ce détail puisqu’il affiche un large sourire ne cessant d’impressionner les spectateurs par son jeu de scène. Habillé simplement d’un classique jean t-shirt, nous avons la sensation de retrouver un vieil ami d’enfance vivant pleinement sa vie pour la musique. Le titre When a Blind Man Cries (1972) est digne de la perfection, ce qui ne manque pas d’émouvoir l’ensemble du public présent tel qu’une petite larme se glisse au coin de mon oeil.

Magnifique concert !

Malgré son imposante posture, le bassiste Roger Glover n’est aucunement réticent à partager de longs passages instrumentaux avec leur nouveau guitariste, Simon McBride. Le guitariste âgé seulement de 43 ans ne fait pas dans la demi-mesure et atteint un impressionnant niveau n’ayant rien a envier à d’autres groupes progressifs. Le public l’accueille dignement sachant qu’il est le successeur du talentueux Steve Morse, prenant une pause temporaire dans sa carrière pour raisons personnelles. Quant à Ian Paice, l’unique batteur de Deep Purple nous immerge dans un retour imminent vers les années 70, pendant que le claviste Don Airey mène le rythme marquant une atmosphère saisissante au jeu scénique.

Le quintette enchaine leurs plus gros tubes, suivi d’un rappel pour faire durer le moment pendant les dernières minutes restantes. Magnifique concert !


Related posts

HELLFEST 2022 : Les 666 festivals

Thomas Orlanth

Motocultor 2013 Day 3 – Le dernier assaut

Stephan Birlouez

Fall of Summer Day 2: samedi 09 septembre 2017

Yann Windcatcher

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X