Among The Living
Live Report

Igorrr + Otto Von Schirach @ La Clef de Saint-Germain

IGORRROtto Von Schirach
 La Clef de Saint-Germain-en-Laye le 8 Avril 2022

Igorrr


C’est sous des flocons d’une neige « mouillée » que le public rentre dans la Clef pour assister à une soirée aux sonorités et ambiances des moins classiques. Avec pour commencer un homme seul derrière et devant ses platines ; suivi d’un homme-orchestre et son collectif des plus épatant.

D’origine cubaine et allemande, Otto Von Schirach développe son univers sur scène entre ses mix derrière ses ordinateurs et platines et sa présence devant le public.

Il envoie le son puis s’approche de nous pour effectuer quelques pas de danse d’un autre monde. Drôle de personnage, attachant, acteur de son propre univers, aux habits volés à la garde-robe du Capitaine Kirk sur le vaisseau Enterprise de Star Trek avec en option la Chapka de rigueur sur la tête.

Le classer parmi les styles électro est chose perdu. Voyez plutôt, dans sa bio on nous explique que sa techno expérimentale est une immersion parmi les créatures venues du Triangle des Bermudes et des extraterrestres un peu dingos…



Les frissons s’emparent du public

Le groupe de Gautier Serre est un condensé de musiques différentes, d’influences diverses allant du black/death metal à la musique baroque et le jazz en passant par l’éléctro, la country, le breakcore et la musique orientale.

A l’image d’un collectif le groupe a évolué. En juillet 2021, exit Laurent Lunoir (son choix de ne pas se faire vacciner contre le Covid-19 rend sa présence incompatible sur une tournée) et Laure Le Prunenec qui souhaite se concentrer sur sa vie privée.

Pour jouer une telle musique il faut savoir doser minutieusement toutes ses influences sans tomber dans les clichés. C’est ce que sait faire Igorrr avec les deux nouvelles recrues. La voix sublime cristalline d’Aphrodite Patoulidou et les growls puissants de JB Le Bail partent dans des battles des plus renversantes comme sur « ieuD ».

Gautier Serre, tel un chef d’orchestre perché en haut de ses platines rythme de ses bras la musique, prends parfois une guitare ou une flute pendant que les lights nous aveuglent.

Bref à ce niveau on en perd tous nos sens pour ne faire qu’un avec cette musique envoutante.

Aphrodite Patoulidou nous hypnotise dans sa gestuelle des plus gracieuse (« Nervous Waltz »), vivant chaque mot qu’elle prononce. Elle est investie par chaque note qui sort de sa gorge comme sur « Caros ». Elle vit chaque instant comme si c’était le dernier. Les frissons s’emparent du public dès qu’elle s’approche du devant de la scène.

La section rythmique vous retourne les tripes avec « Parpaing » qui porte bien son nom, d’ailleurs sur l’album c’est George Fisher du groupe Cannibal Corpse qui prête sa « douce » voix.

Les titres comme sur « Camel Dancefloor » ou encore « Downgrade Desert » vous font passer des déserts ensablés les plus reculés à une péniche titi parisien où des noctambules n’arrêteront pas de guincher sur « Cheval » jusqu’au lever du soleil.

C’est en les appréciant sur scène qu’on comprend encore mieux les influences dont se réfère Igorrr comme Meshuggah, Chopin, Cannibal Corpse, Bach, Domenico Scarlatti, Taraf de Haidouks et Aphex Twin… vaste programme dont on ne sort pas indemne.


 

Seltlist Igorrr :
Intro
Paranoid Bulldozer Italiano
Spaghetti Forever
Hollow Tree
Nervous Waltz
Downgrade Desert
Camel Dancefloor
Tout petit moineau
ieuD
Parpaing
Polyphonic Rust
Pavor Nocturnus
Caros
Viande
Opus Brain
Himalaya Massive Ritual
Rappel:
Cheval
Apopathodiaphulatophobie
Robert

Related posts

Black Bomb A – Sidilarsen – The Butcher’s rodeo

Yann Fournier

EUROPE – KING KING @Le Trianon Paris

Stephan Birlouez

THE ANSWER – THE PICTUREBOOKS – WHITE MILES au Divan du Monde

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.