Among The Living
Live Report

MAYHEM + MORTIIS @La Machine du Moulin Rouge Paris

MAYHEM + MORTIIS

La Machine du Moulin Rouge Paris
Lundi 16 mai 2022

 

MAYHEM + MORTIIS

Ce soir la Norvège est à l’honneur à La Machine du Moulin Rouge avec Mortiis, projet solo d’Håvard Ellefsen qui foule pour la première fois le sol français et ceux qu’on ne présente plus tellement ils sillonnent souvent l’hexagone dans tous les coins la légende Mahyem, The True Mayhem.

L’homme au masque inquiétant ouvre la soirée avec son dark ambiant et industriel. Les logos du groupe sont à peine éclairés et c’est dans une ambiance feutrée que le public écoute religieusement la musique faites de nappes de synthés et parfois rehaussée de sa voix.

La forme de son masque avec ce nez pointu est des plus réussi. Il ressemble à la rencontre improbable entre un Elf maléfique et le masque de la marionnette dans Saw. Penché sur ses synthés, ce soir il interprète l’intégralité de son dernier album sorti en 2020 Spirit of Rebellion. Au milieu du set il est rejoint par un batteur lui aussi masqué tel un diablotin.

L’ambiance est relativement calme, tout en contemplation dans une atmosphère mystérieuse. Le set est sobre et a dû être apprécié par les amateurs du genre…



Mayhem ne se moque pas de son public

Sous les couleurs de Mayhem, La Machine accueille les norvégiens sous un déluge des lights blancs et rouge éblouissant le public. L’entrée en scène est assez grandiloquente avec les musiciens qui arrivent chacun leur tour jusqu’à celle d’Attlia caché sous ses guenilles.

Necrobutcher est remonté à bloc et scrute le public dans les yeux ; quant à Attila il nous sort le grand jeu avec sa façon si théâtrale et inquiétante de chanter tout en se positionnant sur le devant de la scène.

La trouvaille du jour est dans le micro dans lequel une Led éclaire le visage du chanteur quand les lights sont en stand-bye. Cela donne un côté encore plus inquiétant à son visage grimé le rendant encore plus malsain. Sa croix d’os est toujours là et sert à sa gestuelle et à ses échanges avec les premiers rangs. Sans oublier la tête de mort (complice indispensable) qui devient porte micro ou de double d’outre-tombe sur certains titres.

Le son est parfait et la prestation est l’une des meilleures auxquelles j’ai pu assister depuis très longtemps. Mayhem ne se moque pas de son public et partage son set en 3 parties.

Les Parrain de la scène black metal.

Tandis que les blasts sur vitaminé de Hellhammer cloue les auditeurs, Teloch et Ghul nous déchirent les tympans à coup de riffs électrisants comme sur « Voces Ab Alta » du dernier EP Atavistic Black Disorder / Kommando ou encore « Bad Blood » ou l’inquiétant « Malum » du dernier album Daemon qui s’intègrent parfaitement aux anciens titres des norvégiens.

Après une courte pause qui nous permet de reprendre nos esprits les musiciens reviennent encapuchonnés tels des prêtres d’une église pas très « catholique », surement celle de De Mysteriis Dom Sathanas sonnant la guerre dans le pit au son de « Freezing Moon » suivi d’un « Pagan Fears » magnifiquement interprétés.

Quelle bonne idée de découper ainsi le show donnant un aperçu global de ce que sait faire Mayhem : commencer par les derniers titres pour ensuite faire une balade dans l’incontournable De Mysteriis…pour ensuite, après un petit break revenir revisiter d’anciens titres (« Deathcrush », « Pure Fucking Armageddon ») dans une violence indescriptible.

Les premiers rangs en prennent pour leur grade, le pit est en ébullition et ne reste jamais statique, surtout quand les musiciens y lancent des médiators tels des hosties à ses ouailles.

Heureusement que la soirée a commencé avec une musique plus contemplative sous les synthés relativement calme de Mortiis. Car sinon le public ne se serait jamais jeté dans cette folie bien organisé par un Mayhem très professionnel. Mayhem nous a montré, en Parrain de la scène black metal, qui était le patron ce soir.


Setlist Mayhem :

Act I

Falsified and Hated

To Daimonion

Malum

Bad Blood

My Death

Symbols of Bloodswords

Voces Ab Alta

Act II

Freezing Moon

Pagan Fears

Life Eternal

Buried by Time and Dust

Act III

Silvester Anfang

Deathcrush

Chainsaw Gutsfuck

Carnage

Pure Fucking Armageddon


 

Related posts

ALEX HENRY FOSTER @Petit Bain Paris

Stephan Birlouez

ZEAL & ARDOR – SOOMA @Elysée Montmartre Paris 2022

Maxime Leroy

Hogjaw – FRANTIC MACHINE @La Boule Noire Paris

Aure Briand Lyard

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.