MOTOCULTOR 2019 – Day 3
Samedi 17 Août 2019

Motocultor 2019


Après une nuit humide, le terrain commençait à s’embourber gentiment. De retour sur le site, c’est au son de NYTT LAND que j’attaque ma journée. Superbe découverte d’emblée. Un univers chamanique pour ce duo maquillé et bardé d’accessoires en tous genres, mais surtout une voix, et une musique absolument envoutante qui nous transporte dans des rites anciens du grand Nord.

Passage sur la Suppositor ou se produit UNDEAD PROPHECIES. Death Metal but de décoffrage sans fioritures, ultra rapide, les bouchons d’oreilles ont cru mourir à chaque frappe de double pédale ! Le visuel du groupe bien qu’un brin carton pâte apporte une touche visuelle pas désagréable. Enfin, le set s’étant joué sous la pluie, l’effet visuel n’en est que décuplé. Plaisant.


Motocultor 2019


Passage rapide sous la Dave Mustage voir un bout du show de CANCER BATS et de leur Metal Hardcode made in Canada ! De l’énergie à l’état pur, de quoi ravir le public venu nombreux déjà pour ce concert, il est vrai qu’à cette heure avec la pluie, le chapiteau apporte un abri fort apprécié de tous.

Et on redescend sur la Suppositor pour un des concerts les plus “n’importe quoi ” du festival, celui des très attendus (si, si) GRONIBARD. Hardcore grind made in France, Gronibar c’est un frontman grimé comme au carnaval, un bassiste déguisé en Pamela Anderson, un gratteux apoil (enfin non avec une petite combi ajourée pardon) et un autre gratteux crieur en Blanche Neige. Ajoutons à cela des pogos indescriptibles et une mémorable bataille de boue avec le public (la scène s’en souvient encore) et nous avons là un des points d’orgue des moments improbables de cette édition.

Pas mal de choix dans l’après midi entre Krisiun, Harakiri for the Sky, The night flight orchestra ou encore Anaal Nathrakh et Freak Kitchen. On ne peut pas parler de tout le monde, aussi le concert marquant suivant est-il celui des islandais de SOSLTAFIR. Un concert de Solstafir est toujours un moment particulièrement émouvant et là encore ce fut le cas … Une intro magnifique sur Otta sur plus de 6 minutes puis une setlist de 50 minutes avec un guest remarqué en la personne de Ragnar Zolberg à la basse en remplacement (temporaire) du bassiste titulaire Svavar Austmann. Une très belle prestation notamment dans le chant aigu qui vient compenser un je de scène un peu fade à côté de celui de Svavar. L’intérim doit durer jusque novembre. Et encore une fois, le public reprenant l’air de Fjara de longues secondes après la fin du morceau. Toujours autant d’émotion dans un show de Solstafir, même si j’ai trouvé moins d’engagement que dans d’autres prestations précédentes. A revoir très vite hors festival.


Motocultor 2019


Changement de style avec le “sludge” sale des canadiens de DOPETHRONE. Passés depuis peu à une formation a 4 avec une nouvelle chanteuse Julie, c’est la première fois que je les voyais dans cette composition. Et j’ai trouvé cela plutôt pas mal même si on sent que cela se cherche encore, les passages entre Julie et Vince étant parfois en chevauchement mais globalement l’adjonction de la dame laisse entrevoir de nouvelles possibilités au groupe et c’est dans les prochains mois qu’on en saura plus.


Motocultor 2019


Tout autre registre avec la bande à Bernie et Nono, TRUST passait sous la Dave Mustage. Fort d’un dernier album “dans le même sang” encore assez récent, le groupe bosse déjà sur le suivant. Une setlist comme sur les autres dates ou j’ai pu les voir donc sans les anciens titres à part l’inévitable “antisocial“.  Un Bernie dans un bon jour, j’ai trouvé la voix claire et incisive, l’énergie parfaite et des passages en front de scène appréciés (je l’ai vu rester dans d’autres shows tout au fond durant un set entier). Norbert Krief à la gratte (et quelle gratte, un modèle de toute beauté dont je n’ai pas voir voir la marque mais absolument hallucinante) toujours en forme à entonner les riffs acérés qui font la marque de fabrique de Trust. Un bon moment.


Motocultor 2019


La soirée se poursuit avec le doom sludge crasseux et collant de EYEHATEGOD sous la Massey Ferguscene. Ambiance sale et malsaine propre au sludge et maîtrisée avec brio par les américains.

Et enfin pour finir ma troisième journée, un baroud d’honneur à grand coups de folk metal finlandais. KORPIKLAANI était de sortie sous la Dave Mustage. Un set de Korpi, c’est toujours un peu à pile ou face et fortement dépendant en qualité de l’inverse de l’alcoolémie de son pitre de chanteur Jonne Jarvela. Bonne pioche cette année avec un concert plutôt réussi, tant dans l’énergie que la qualité musicale et même de la voix de Jonne (même si je l’ai entendu un petit peu dérailler lors des montées en aigu de Lempo). C’est donc un très bon cru de concert auquel nous avons eu droit et c’est tant mieux parce que quand c’est correctement réalisé, un concert de Korpiklaani c’est quand même toujours un grand moment… (ah si par contre, gardez les morceaux en finnois et oubliez les versions en anglais svp, merci 🙂 )

L’heure de regagner son lit sous la pluie qui aura peu cesser de tomber ce samedi. Pour la première fois depuis 2016 et l’installation des chapiteaux, on aura testé les conditions extrêmes d’une bonne flotte en pleine journée. Et ça fonctionne plutôt bien. Merci le Motocultor. A demain.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019