Among The Living
Live Report

SEAL – JANICE IN THE NOISE @ L’Olympia

 

Soirée exceptionnelle que celle du 27 juin à l’Olympia qui accueille un artiste aussi rare qu’attendu : SEAL .

SEAL, l’homme aux multi disques de platine, vient en effet donner deux concerts à guichets fermés devant une salle comble et acquise pour présenter son dernier opus « 7 » sorti en novembre dernier.

Pour ouvrir la soirée, c’est à Janice In The Noise que revient la lourde tâche de dérider un Olympia comble et impatient d’en découdre avec leur idole.
La belle est en duo avec son guitariste Thomas Broussard. En mode acoustique ils vont rapidement dérider la salle et faire fondre les dernières réticences d’un public plutôt sage.
Difficile de rester indiffèrent aux intonations blues de Janice, oscillant entre Sade et Noa (la chanteuse pas le tennisman…).
L’ambiance feutrée de l’Olympia correspond parfaitement à l’ambiance que distille le duo. Casquette à la gavroche vissée sur la tête, Janice est à l’image de sa voix : magnifique.
Le public adhère malgré une mise en route difficile. Il finit même par claquer des mains pour marquer le tempo des compos.
Il n’aura fallu qu’à peine une vingtaine de minutes à la salle pour adopter unanimement Janice et son acolyte dans un registre finalement moins rock qu’à son habitude. Preuve en est de son talent, adaptable à n’importe quel environnement. Décomplexée et très à l’aise sur scène, elle impose son style et sa voix à un Olympia sous le charme.
Bravo !



Les photos HD

C’est sous une clameur à la limite de l’hystérie que SEAL prend possession de la scène, ouvrant sur Crazy qui portera le coup de grâce dès le premier titre. 
Portant simplement une veste en cuir blanche et un jean noir, et arborant une timidité de façade, SEAL fait d’emblée fondre le public par sa prestance et son charisme.
Enchaînant sur Killer, autre tube incontournable, la salle adhère sans résistance en se levant d’un bloc pour investir les premiers rangs. SEAL maîtrise son sujet. La voix est sure au même titre que sa démarche  qui le mènera au cœur du public pour une immersion qu’une bonne partie de la gente féminine présente ce soir n’oubliera pas de sitôt. 
C’est assis au bord de la scène qu’il continu son set, distillant ses titres en mode crooner. Au-delà de l’homme, il y a la voix, oscillant entre douceur et rugosité, avec un timbre si reconnaissable et envoutant.

Sous le signe de l’amour, SEAL nous délivre un set intime. S’accompagnant à la guitare, il nous livre une facette à cœur ouvert, insistant sur l’importance de l’autre et de l’amour au sens large dans l’existence. La reprise de Mad World (reprise de Tears For Fears) fut un des moments les plus poignants de la soirée, avec Do You Ever ou encore Kiss From a Rose en guise de rappel. 
SEAL quittera la salle sous une ovation, sur Life On The Dancefloor, laissant son public sur une note plus pop tirée de son dernier album.

Au final une soirée qui aura tenue ses promesses, avec un artiste toujours au fait de son talent et accessible.

 



 Les photos HD

Setlist

Crazy

Killer

Daylight Saving

Do You Ever

Prayer for the Dying

Love’s Divine

Sara Smile

Love

Every Time I’m With You

Don’t Cry

Mad World

My Vision

The Right Life

Rappel

Kiss From a Rose

Life On the Dance Floor

 

 
 
 
 

 

Related posts

LAST TRAIN – BANDIT BANDIT @Le Trianon – Paris

Stephan Birlouez

Electric Mary – O’Sullivans Backstage By The Mill, Paris [29.11.2019]

Alain AFO

THUNDER live @ La Maroquinerie – Paris

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.