Among The Living
Interview

Entretien avec Fabien, Working Klass Heroes

Le 5 décembre dernier au Hard-Rock Café de Paris,  nous nous sommes entretenu avec Fabien, guitariste du groupe Working Klass Heroes pour parler de leur nouvel album “No excuses, No Remorses

Working K

Bonjour ! peux-tu te présenter ainsi que votre groupe s’il te plait ?

  • Fabien, guitariste du groupe Working Klass Heroes et on vient de Perpignan. Le groupe a été créé en 2010 avec le même line-up jusqu’en 2015 et un rock à la Bukowski. En 2015 des membres du groupe sont partis et on s’est retrouvés à 2 guitaristes. On a commencé à composer notre premier album tous les 2 puis on est allé chercher des musiciens. On a eu pas mal de dates et on a eu l’opportunité de jouer avec Mass Hysteria et Dagoba. Puis avec le confinement le chanteur et le bassiste ont décidé d’arrêter et on a donc intégré Adrien au chant, et un nouveau bassiste Chris qui est le petit jeune du groupe et qui a une vingtaine d’années.

 Quel est le modèle économique du groupe ?

  • Aucun des membres ne vit de la musique. On a tous un travail. Moi je suis assistant marketing dans une société de transports, Adrien est ambulancier, l’autre guitariste est informaticien et le batteur est en arrêt maladie pour le moment et en reconversion. Quand au bassiste, il est livreur et le machiniste au clavier travaille dans une banque.

Peux-tu explique ce qu’est le “Métal New Core” ?

  • Alors c’est un mélange entre l’électro Dance des années 90 et le métal. On ne se met pas de limites, le but étant de faire la fête et de partager avec les gens.

Alors « No excuses, No Remorses », nom de votre 2éme album, révèle-t-il un message particulier ?

  • C’est une façon de dire que l’on fait ce dont on a envie, même si pas métal et que pas d’excuses ni de remords par rapport à cela.

Pourquoi faire la promo maintenant alors que l’album est déjà sorti depuis un petit moment?

  • Nous ne sommes pas un groupe professionnel donc c’est assez compliqué de trouver des fonds. En plus on a eu un soucis avec le batteur qui a été malade avec un cancer de la peau et a dû subir chimio etc… Et le public de l’Occitanie nous a motivé à pousser la promotion de cet album.

Concernant votre région, l’Occitanie, est-ce que c’est compliqué pour vous pour trouver des salles et du public ?

  • Oui c’est un peu compliqué en effet. On a des salles qui vont nous aider quand même. Par exemple cet été on a fait un petit festival organisé par des bikers qui ont eu des fonds grâce à la mairie. On y était le seul groupe de métal. Eh bien la mairie a autorisé tous les autres groupes à être payés sauf le nôtre ! Le problème de Perpignan est que c’est une ville frontalière avec l’Espagne. Tu as Toulouse et Montpellier avec de grosses salles et de gros artistes. Et Perpignan est entre les 2 avec Barcelone à 2 heures avec de grosses programmations également.

Il y a donc eu changement de line-up entre vos 2 albums et je trouve un gap de passé. Qu’en penses-tu ?

  • Alors le premier album on l’a vraiment fait tout seul mis on a juste fait 3 titres en 5 ans et que l’on n’a pas mis en avant. Et quand on s’est retrouvés Hugues et moi, on a décidé de faire un album sans se poser de limites et de le produire. Et on a pu enregistrer chez HK Krauss au Vacarma Studio grâce à notre manager Julie qui y avait un contact. Ils ont produit déjà de gros groupes comme Loudblast, Bukowski, Black Bomb A et d’autres. On a un local qui fait studio d’enregistrements avec que des potes. Du coup HK Krauss nous a accompagnés dans le processus d’enregistrement.

Je trouve ce 2ème album justement plus électro et plus massif, et avec une voix davantage anglaise (rire). Est-ce du HK Krauss ?

  • Il y a du HK Krauss en effet mais également une volonté propre d’aller droit au but, que ça tape, que ça fasse la fête avec l’envie d’en découdre. Quant à la voix en effet elle est différente ! il faut en parler avec Adrien (rire) mais nous on la trouve top, elle colle parfaitement !

Vous avez fait une vidéo avec Collapse. Comment s’est monté ce projet ?

  • A l’époque on n’avait pas les moyens de faire un clip mais on a la chance que notre machiniste au clavier soit dans le graphisme. C’est par exemple lui qui a fait la pochette de l’album. Et il a voulu monter une vidéo qui parle de collapse et on l’a sorti direct.

Le message y est clair : l’humanité est un parasite et en gros on va dans le mur. Est-ce que ce sont des thèmes récurrents chez vous ?

  • Oui mais je trouve surtout que les gens sont trop accrochés à leur téléphone et à des vidéos de tout et n’importe quoi. Dans les concerts par exemple ça me choque car il faut profiter du concert ! sinon regarde le live sur youtube. Le but de cet album c’est de partager avec les gens au contraire.

Quelles sont vos influences ?

  • Il y en a un paquet ! (rire). Adrien a une palette large, moi plutôt métal pur indus car je suis un gros fan de Ministry. Mass Hysteria, Prodigy et Rammstein font aussi partie du groupe.

D’où vient ce mélange rap, métal et DanceFloor comme sur Holy Diva ?

  • En fait ce morceau c’est un peu une arnaque (rire) car Adrien y a mis des indices avec un texte en rap en effet. Il y a même du Faith No More.

Et il y a aussi Working Klass Ego qui est un morceau rapé et en français.

  • Oui c’est un ovni ce morceau ! C’est parti d’une idée de l’autre guitariste qui a créé un riff. On l’a donné au machiniste et avec Adrien ils ont fait une impro totale en se mettant derrière le micro et voilà ça a donné ce morceau.

Qu’attendez-vous de cet album aujourd’hui ?

  • De faire des concerts ! Pouvoir partager avec les gens. On n’a pas d’ambition professionnelle mais on a l’ambition de défendre ce projet. On a des dates qui se précisent mais on n’en parle pas tant qu’il n’y a pas de certitude.


Related posts

Entretien avec Max BEAULIEU d’EMBRYONIC CELLS

Stephan Birlouez

Entretien avec Lorenzo et Julien de IT CAME FROM BENEATH

Stephan Birlouez

Entretien avec Estelle est Naty du groupe EXCEPT ONE

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.