Among The Living
Live Report

Hypno5e + Psykup + The Random Monsters @ Le Trabendo

Hypno5eHypno5e + Psykup + The Random Monsters

Le Trabendo – Paris

26 février 2016

 

 


 

Voilà bien une date intéressante que celle de ce soir puisque notre bon vieux Trabendo, perdu entre les arbres et le perif  , accueillera les montpelliérains d’ Hypno5e venus présenter pour la première fois sur scène leur nouvel Opus Shores of the abstract lines (Chronique ICI) avec tout le jeu de lumière et le décorum qui va avec , les vieux ravagés de Psykup venu nous remplir les oreilles de leur Hardcore Patonien avec leur album phare  Le temps de la réflexion joué en intégralité » et enfin les petits nouveaux ( ou pas ) de The Random monsters ayant la dure tache de chauffer la salle avec leur rock instrumental atmosphérique et mélancolique.

On attaque donc sans tarder, dans ce Trabendo qui est loin d’afficher complet (à peu près 550 personnes) avec le quatuor parisien de The random Monsters qui vient présenter ce soir son nouvel EP We pretend its all right, en attendant leur second vrai gros album qui sortira courant avril. Quelle dure tache  que d’ouvrir pour Psykup et Hypnose, deux combos bien différents mais avec leurs lots de fan hardcores de longues dates. Néanmoins, la musique de ces deux groupes étant clairement éclectique, c’est avec  étonnement et plaisir que le constate l’accueil chaleureux de la foule pour les Monsters ainsi que leurs applaudissements sincères a chaque fin de morceau (les têtes qui headbangent doucement sur les sons étant également un bon indicateur…). Ici pas de gros jeu de scène, uniquement le minimum, avec un éclairage ultra minimaliste, pour des morceaux de rock instrumental, voire atmosphérique, planant d’ailleurs comme les passages les plus doux du dernier opus d’Hypno5e. Contrat réussi donc pour les jeunes parisiens dont le batteur, Seb, officiant également dans Doyle Airence et dans son projet électro avec Takami Nakamoto, fait figure de vieux briscard de la formation (en apportant son côté scénique indiscutable) .Vivement la sortie de leur album donc que nos 4 amis viennent remplir une fois de plus l’espace scénique pour nous emmener dans leur monde de mélancolie.

 


 

 

    


 

 Changement de plateau et changement d’ambiance…Attendus comme le loup blanc pour leur tournée en l’hommage de leur album  le plus connu Le temps de la réflexion, les Psykup, qui ont eu leur petite heure de gloire dans les années 90  , débarquent en terrain conquis devant un parterre de fans hardcore venus se défouler sur leur Harcdcore Patonien, appelé par eux même «  Autruche Core » . Clairement, durant cette heure de set, aucun accroc, le métier et l’expérience sont là et l’album se déroule tout seul, aux grès de l’alternance entre passages bourrins et choses plus mélodiques, barrées, voire funky. Pourtant pas spécialement fan de cet opus, je dois reconnaître que celui-ci prend toute sa dimension en live, en soulevant littéralement la foule comme dans un concert de Hatebreed par exemple. Les lumières sont beaucoup plus présentes sur ce set et le son est de très bonne qualité, le jeu de scène est impeccable et le chanteur, qui partage son temps entre l’avant-scène et le clavier à côté de la batterie, se démène comme un fou pour faire monter encore et toujours  la température. Malgré le sur jeu, pas forcément de circonstance, cette prestation restera excellente, contentant aussi bien les fans que ceux initialement venus pour Hypno5e.Hypno5e concert

Parlons-en justement d’Hypno5e, qui vient ce soir défendre, tout en son et lumière, son nouvel opus, Shores of the Abstract Lines, véritable petit bijou de metal prog  cinématographique.. Habitués de la scène et de la mise en scène, les montpelliérains , remontés comme des pendules, vont tout donner ce soir au Trabendo pour nous emporter aussi loin en condition live qu’au casque avec leur musique singulière, puissante et envoûtante.

Première date où le combo va tester son light show, le stress est palpable aussi bien en coulisse qu’au niveau de la console d’éclairage où le technicien, qui suit la formation depuis  de nombreuses années, check et recheck chaque détails histoire qu’aucune catastrophe technique ne viennent en tacher cette prestation. Sur ce point, clairement, le pari est gagné puisque tout semble fonctionner à merveille, que ce soit les projections filmiques issues de l’imaginaire débordant de Manu, le chanteur et frontman du groupe, et les éclairages qui viennent apporter des couleurs supplémentaires aux morceaux aux ambiances contrastées. Comme de bien entendu, le dernier opus est mis à l’honneur et la foule s’embrase dès les passages un peu «  velus » arrivés. Que dire de ce show ultra rodé  a part que c’était formidable ? Carré, ultra bien mis en scène, un bassiste pied nu à moitié fou qui remplit l’espace, un chanteur / guitariste qui fait le sans faute, un son extraordinaire, bref, un set placé sous le signe de l’excellence qui donne au live une toute autre définition.

Related posts

EPICA – POWERWOLF – BEYOND THE BLACK

Stephan Birlouez

AMY MACDONALD – ROSBOROUGH @Elysée Montmartre – Paris

Stephan Birlouez

PROFANATICA – ROTTING CHRIST – WATAIN

Isabelle Tasset

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.