Among The Living
Live Report

LAST TRAIN – BANDIT BANDIT @Le Trianon – Paris

LAST TRAIN – BANDIT BANDIT
Le Trianon – Paris
Mercredi 6 Novembre 2019


Soirée placée sous le signe du rock avec un grand R ce mercredi 6 Novembre au Trianon à Paris, avec une affiche 100% « made in chez nous » qui laisse confiant quant à l’avenir de la scène française.
C’est une salle affichant complet qui accueille les Lyonnais de BANDIT BANDIT, duo fusionnel accompagné de zicos pour l’occasion et LAST TRAIN, un des groupes de rock les plus prometteurs du moment.
BANDIT BANDIT semble parfait pour mettre en chauffe un Trianon plein comme un œuf, délivrant un Garage Rock à tendance psyché. Le duo impressionne également par son approche scénique très jouée. Ouvrant sur un Néant (et après une bande son de Mon Ami La Rose (Françoise Hardy)), titre qui mettra dans le bain directement le public du Trianon, l’intensité ne fera que monter. Le duo Maeva (chant) et Hugo (guitare/chant) fonctionne plutôt bien, en une osmose torride qui gagnerait à plus de spontanéité.
Distillant un rock bien sale et lourd, l’atmosphère sombre et dépressive rendue par les compos jouées ce soir aura parfaitement trouvé son public.
Belle prestation pour BANDIT BANDIT ce soir qui réalise un presque sans faute (si on excepte la gamelle de Hugo) devant ce Trianon comble. Incontestablement un groupe à suivre.



Il est 21h pétant quand les LAST TRAIN investissent la scène sous une acclamation nourrie du Trianon acquis.
Les LAST TRAIN c’est aussi une formidable histoire, celle d’un groupe au mental définitivement Rock, de ceux amoureux de la scène, de ceux qui font fi des compromis et donnent le meilleur d’eux-mêmes sans compter.
Le quatuor va une fois de plus démontrer ce soir la qualité de son jeu, de ses compos à travers l’osmose qu’il y entre lui et son public. La scène est minimaliste, bien rangée, avec ses murs de Marshall entourant la batterie d’Antoine Baschung, alors que Jean-Noël Scherrer tout droit sorti d’un épisode des Peaky Blinders force le respect, planté derrière son micro avec sa guitare en bandoulière.
Ce soir c’est une leçon de Rock que LAST TRAIN va nous donner, en ouvrant sur All Alone pour une heure et demie d’émotions fortes aussi bien sur scène que devant elle. Le groupe est au summum de son efficacité, la cohésion sur scène est remarquable, doublée d’une complicité rare.
Il y a clairement un coté hypnotique dans la musique de LAST TRAIN, qui plus est quand elle est accompagnée d’un visuel énergique pareil.
C’est la première fois pour moi, et je dois dire que les gus m’on conquit dés les premiers accords. Difficile de résister à une telle efficacité, à une telle connivence avec un public qui connait les titres par cœur.
Les musiciens seront également emportés par cette émotion qu’ils auront produite, par les larmes qui couleront sur le visage de Julien (guitare) véritable électron libre sur scène. Jean-Noël sera également porté comme le Messi par la foule, semblant flotter au-dessus d’elle, comme pour mieux ne faire qu’un.
La soirée file à vitesse grand V,  on arrive déjà au rappel d’un set intense et efficace. LAST TRAIN terminera sur Cold Fever et The Big Picture, dans une communion parfaite avec le Trianon qui ne cessera pas un instant de les ovationner. Difficile de se quitter.
LAST TRAIN c’est au final l’ADN du Rock, l’essence même de cette vision que peu de groupe ont. Ce soir j’ai fait une découverte. Le Rock n’est pas mort, merci LAST TRAIN.



 

Related posts

ELUVEITIE – LACUNA COIL – INFECTED RAIN @ Elysée Montmartre Paris

Aure Briand Lyard

ANDROMEDA – DAMNATION ANGELS – UNTIL RAIN au Divan du Monde

Stephan Birlouez

Glenn Hughes – Forum de Vauréal, le 04 02 2017 (Guest : Stone Broken)

Alain AFO

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X