Among The Living
Live Report

Motocultor 2013 Day 2 : Dust in Breizhland

17 Aout 2013

Dust in Breizhland
C’est sous un ciel lourd et menaçant que l’on attaque le deuxième jour du Motocultor 2013. Encore sous l’emprise des remugles houblonniques de la veille, mais cependant requinqué par une poignée d’heures d’un sommeil réparateur,   c’est aux Collaps Machines que revient la lourde tâche de me remettre en place l’infime conglomérat de neurones qu’il me reste. Armés d’un deuxième album fraichement pondu, les Rennais posent les bases d’une journée qui promet d’envoyer du lourd. Leur Hardcore punkisant ultra puissant vous fait passer le p’tit dèj comme une ration de cosmonaute. A coup de riffs thrash et techniques, le quartet assure un sans-faute pour l’ouverture du Day2 : au top !
 
Collaps Machines  
 
On reste dans le violent avec les Jungle Rot qui prennent possession de la DM avec un thrash oldschool calibré pour me plaire. Les ricains ne déméritent pas avec leur Thrash à la Obituary, mais ils ne réussissent pas à faire vibrer ma corde sensible … Dommage. Ce fut malgré tout un bon set, mais sans inspiration et dont j’attendais surement trop.
Jungle Rot
Ce qu’il reste de prairie commence à se remplir de graisseux, et c’est ce qu’il faut pour accueillir les azimutés germains de Excrementory Grindfuckers (hé oui, tout est dans le nom…).  Le véritable réveil du Motocultor Day 2 va avoir lieu devant la SS. Leur Grindcore version Toy Dolls sous extasy va littéralement plier le pit à coup de riffs déjantés et de reprises improbables (cf la reprise de The Final Countdown de qui vous savez, rebaptisée en The Final Grindown…). Une grosse surprise à l’image de ce fest, conviviale et loufoque. Un autre grand moment du Moto 2013 que les festivalier ne sont pas prêt d’oublier.
 
   
Excrementory Grindfuckers

Moment tant attendu, et votre serviteur n’est pas le seul à l’attendre au vu de l’occupation des crashbar au-devant de la DM, avec la prestation d’un fleuron du Death français :  Hacride.

Quelle prestation ! Fort d’un nouvel Opus  Back To Where You’ve Never Been et d’un nouveau frontman Luis Roux, Hacride enfonce le pieu dans le cœur du Motocultor. Ce groupe a tout pour asseoir sa place en haut podium du genre. Original dans un style qui a tendance à oublier de l’être, leurs compos sont riches et talentueuses révélant une puissance redoutable sur scène. N’étant pas un adepte du genre, je peux vous dire qu’ils font mouche et maitrisent leur sujet. Le pit est acquit, et ils bouclent leur magnifique set en ayant provoqué à la fois la joie des festivaliers et la colère du ciel. On ne peut pas plaire à tout le monde, Chapeau les gars !
 
 
Après la flotte (ici elle ne tombe que du ciel, le reste est forcément houblonné…), on change de registre avec les Uncommonmenfrommars, pas moins talentueux et tellement en cohérence avec l’esprit Motocultor. Il faut dire que c’est l’heure du gouter, et les grands enfants qui constituent 99% des participants de ce festoche ne s’en laissent pas compter face au Punk Rock déjanté des  frenchies. Difficile de retranscrire sur papier une ambiance et l’impression que peut faire ce groupe sur scène. Il ne vous reste qu’une chose à faire : bouger votre Q et aller les voir.
 
Uncommonmenfrommars
 
A peine le temps de m’envoyer une crêpe arrosée d’une Mégère (yep c’est bien une bière et non pas ma belle deuch), que les bordelais de Gorod mettent  à feu la DM. …Comment résumer un Set de ces furieux ?… Gros son en mode tanker, public au taquet, ça poutre grave. Quand on sort d’un concert de Gorod, on comprend mieux ce que devait ressentir le sac de Tyson après une heure d’entrainement !
Gorod
Sustaincore, les vainqueurs du tremplin lyonnais du Headbang Contest 2013, investissent les planches de la SS accompagnés d’un crachin Breton qui commence à devenir un peu trop présent à mon gout (grrrrrrrr). Malgré la jeunesse du combo, les quatre gus nous offrent un Thrash/Death vraiment efficace, qui plus est déclamé dans  la langue de Molière messieurs : respect. Avec un peu plus de maturité inhérente à la pratique (cela viendra rapidement étant donnée la prestation), il se pourrait bien que l’on entende à nouveau parler d’eux très bientôt.
Un « gros » morceau entre sur scène maintenant en la personne de Nick Oliveri et son groupe The Mondo Generator. Est-il nécessaire de présenter ce hurleur multi casquettes ?  Kyuss, Queens Of The Stone Age, The Dwarves, et j’en passe question collaborations…  Aujourd’hui c’est un set brut de fonderie et punkisant à souhait qu’ils vont nous balancer, perso j’en prends pour mon grade et j’adhère sans concession. Nick Oliveri n’est pas là pour parader, et nous propose un set savoureux et puissant (même si je trouve que la balance est moyenne…). Le public suit difficilement, probablement dans l’attente de vieux titres plus prestigieux (qui viendront malgré tout).  C’est une grosse énergie et un Rock’n’Roll sans concession que nous ont livrés les Nick Oliveri And The Mondo Generator, avec une fin de prestation arrosée (une fois de plus).
Nick Oliveri et  The Mondo Generator
Aux vues de ce qui suit, je comprends mieux le courroux du ciel Breton… Que dire de la performance d’Extreme Noise Terror… Bon ok, sans m’étendre sur la question des gouts et des couleurs, j’avoue que je n’ai pas aimé… Que dire d’autre si ce n’est que je ne vois pas trop ce que l’on peut tirer d’une beugleurie aussi bordelique et dissonante sortie de leur prestation. Enfin bref, c’est mon avis et il n’engage que moi.
Extreme Noise Terror

S’il est un groupe mythique que je rêvais de voir sur scène,  celui qui a fortement enrichi mon imaginaire du monde punk à coup d’affiches de concerts explicites, c’est bien The Exploited.

Plus de 30 ans que le groupe arpente les scènes du monde, bardé de son charismatique leader Wattie Buchan, à la crête tout aussi mythique que le groupe lui-même.  C’est sous une pluie battante que les Ecossais (normal pour la douche…) vont retourner intégralement le public en scandant de furieux Fuck The USA et autres joyeusetés. Enorme set qui verra une autre pluie, de slammer celle-ci, s’abattre dans le pit photo. Les quatre gus ont de l’énergie à revendre et martèleront sans interruption leur Punk Thrashisant sur un Motocultor conquit. Ils auront même raison de la pluie, qui cessera à la fin de leur excellente prestation.
The Exploited
Orphaned Land apportera avec eux un aparté de clame tout relatif après cette succession de furieux. Dès lors les Israéliens vont étendre une atmosphère  bien agréable sur le pit distillant leur Death métissé de folk métal oriental. L’alliance est heureuse et le public ne s’y trompe pas, suivant les yeux fermés le groupe dans son univers. Fort de All Is One, leur nouvel album sorti en juin dernier, le groupe apporte sa pierre à la construction difficile de l’édifice de paix au moyen orient dont ils sont originaire. Le set fait mouche tant visuellement que phonétiquement, ce fut un très bon moment de douceur dans ce monde de brutes !!!
Orphaned Land
La transition est violente avec les finlandais d’Impaled Nazarene,  entrant  à nouveau en mode bourrin pour le bonheur d’un public qui ne boude pas son plaisir. Leur black métal est abrupte et ne s’encombre pas de finesse, le message est clairement satanique et l’imagerie suit le mouvement. Un show à la hauteur du genre : ça dépote !
Impaled Nazarene
Perso je me suis fait une pause casse-croute et bibine pour laisser passer l’orage et en attendant, avec une certaine curiosité, le set des Banane Metalik.
Quand l’intro sur le thème du parrain retentit, et au vu de la scène, on sait déjà qu’on va avoir à faire à un set atypique et délirant. Le groupe revient après deux ans d’absence, avec une tournée baptisée The Gorefather Tour, et sans album à vendre, juste pour déchainer les foules. Pari tenu, balançant leurs compos au genre inclassable qu’ils nomment du Gore’n’Roll, ce sont des zombis bien vivants qui retournent une fois de plus le Motocultor. J’adore ce genre de délire qui prend toute sa dimension sur scène. Ce set hystérique fera l’unanimité dans la fosse.
Banane Metalik
Il n’est pas loin d’1h00 et je vais enfin avoir ma dose de Thrash de la journée, avec le gros morceau de ce samedi : Annihilator. J’avoue que j’avais décroché de la production du groupe, découvert en 1989 avec  l’excellent Alice In Hell, et de son extraterrestre et unique membre permanent : Jeff Waters.

Le show est à la hauteur de mes espérances, rapide et efficace. Les compos s’enchainent cisaillant la fatigue qui s’était installée sur les muscles de ma nuque. Ce groupe est parfait il n’y a rien à dire d’autre. Jeff Watters n’a plus rien à prouver quant à sa dextérité sur une six cordes. Dave Padden assure au chant. Gratifié d’une guitare rythmique, il balance quelques titres du prochain Opus qui sortira fin aout (No Way Out). C’est la claque intégrale.
Malgré l’heure tardive et une journée éprouvante question prestations extrêmes, les festivaliers se donnent encore vaillamment, partant joyeusement à l’assaut des crashbars.  Les canadiens ont eu raison de Kerboular.
Histoire d’achever ce qui est déjà quasiment mort (je parle du vaillant festivalier ayant tenu contre les décibels et le crachin breton) les Rotten Sound attaquent  violement les derrières défenses du site. Les finlandais bourrinent dur et enterreront la deuxième journée du Motocultor à coup de Grind assassin.
Il est temps pour moi de mettre la viande dans le torchon, car demain s’annonce aussi dense que ce samedi.

 

Les Photos

Sites :

Collaps Machines : https://www.facebook.com/collapsmachines?fref=ts
Jungle Rot : http://www.jungle-rot.com/
Excrementory Grindfuckers : http://www.grindfuckers.de/

Uncommonmenfrommars : http://www.uncommonmenfrommars.net
Gorod : https://www.facebook.com/GorodOfficial
Sustaincore : https://www.facebook.com/sustaincore
Nick Oliveri And The Mondo Generator  : https://www.facebook.com/officialmondogenerator
Extreme Noise Terror : https://www.facebook.com/extremenoiseterroruk
The Exploited : http://www.the-exploited.net/

Impaled Nazarene : http://www.campnazarene.com/
Banane Metalik : http://www.bananemetalik.com/
Annihilator  : http://www.annihilatormetal.com/
Rotten Sound : http://www.rottensound.com/

 

Related posts

PRIMAL FEAR + BRAINSTORM + STRIKER

Stephan Birlouez

Coheed and Cambria + Agent Fresco

Byclown

Glenn Hughes – Jared James Nichols – King Of The North

Alain AFO

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X