Among The Living
Live Report

SEPULTURA – SACRED REICH – CROWBAR @Elysée Montmartre Paris

SEPULTURASACRED REICHCROWBAR

Elysée Montmartre – Paris

Mardi 15 novembre 2022


Comment ne pas s’extasier devant une affiche pareille ? Qui plus est pour un vieux fan de Thrash comme moi, adolescent durant les 80’s (oui je sais, elle a duré mon adolescence, et elle ne s’est jamais réellement terminée…).
C’est un Elysée Montmartre complet qui accueille ces groupes iconiques, et il faut bien dire que cela fait rudement plaisir à voir.

C’est à CROWBAR que revient la lourde tâche de faire monter en température l’Elysée Montmartre. Mais je n’avais pas d’inquiétude concernant ce défi. Avec leur Sludge pachydermique, ils transforment l’atmosphère de la salle en plomb. Kirk Windstein, toujours aussi sûr de lui, en impose. La voix cassée mais bien dans le set, statique mais efficace, Kirk a un capital sympathie redoutable. Il s’adresse à la foule en déclarant sa flamme à la France. Il est clairement content d’être là ce soir et cela s’entend.

CROWBAR est sur la route pour promouvoir son 12ème opus « Zero And Below ». Prouvant sur album qu’ils restaient les patrons du genre, ce soir ils ont également mis tout le monde d’accord quant à la qualité de leur prestation live. Le boulot a été fait dans les règles de l’art.



Changement de décor avec les vétérans américains du Thrash Metal. Tout droit venus de Phoenix, SACRED REICH a marqué les plus belle pages du genre avec quelques titres emblématiques qu’ils vont nous offrir ce soir avec une setlist aux petits oignons.

Thrash sans concessions. 

Avec leur dernier opus « Awakening » sorti en 2019, il était temps qu’ils reviennent le défendre sur scène. Il aura fallu attendre 23 ans pour que les ricains nous pondent cet album, et ce soir ça va mosher dur dans le pit. Phil Rind est toujours dans la place. Sourire aux lèvres il nous partage son émotion de venir rejouer à l’Elysée Montmartre, 31 ans après son premier passage dans ce lieu mythique de la capitale. C’est d’ailleurs sur The Boys Are Back in Town (THIN LIZZY) que le combo prend place sur la scène.

Après, l’histoire raconte qu’on a pris un déluge de bon Thrash Oldschool. De The American Way qui viendra tabasser le public en deuxième titre, en passant par Independant et pour finir sur le magnifique et attendu Surf Nicaragua, SACRED REICH aura initié quelques slams intenses.  Phil Rind nous parlera d’amour véhiculé par la musique, avant de balancer Salvation.

Le dernier opus n’est pas oublié. Ils en joueront 4 titres ce soir, dont Divide & Conquer et le terrible Awakening. Je suis aux anges.



C’est une ovation qui accueille les Brésiliens de SEPULTURA dans un Elysée Montmartre plein et surchauffé. Le public est prêt à en découdre, et c’est avec Isolation tiré de leur dernier opus Quadra (2020) qu’ils vont donner le ton. Et ils vont lui faire la part belle à ce dernier album, avec pas moins de 6 titres joués ce soir. J’étais un peu resté sur ma faim sur ce point au Hellfest, malgré un set énorme et puissant.

Territory enfonce le clou, livrant le pit aux vagues incessantes de slammers.
Le public est au taquet, la setlist taillée pour satisfaire les plus exigeants des fans du groupe toutes périodes confondues.

Le géant Green (oui je sais, je n’ai pas pu m’en empêcher…) est aux commandes. Il est toujours aussi bien entouré avec un Andreas Kisser affuté et visiblement ravi d’être là, un Paulo Jr aussi discret qu’efficace et le monstrueux Eloy Casagrande qui n’en finira jamais de me bluffer.

Un SEPULTURA imperial! 

La machine SEPULTURA est bien rodée. Rudement efficace en live, ce soir la setlist n’en finira pas de distribuer des torgnoles dans le pit. Propaganda, Cut-Throat, Refuse/Resist, Arise, les incontournables sont là. Le final sur Ratamahatta suivi de Roots Bloody Roots achèvera les dernières résistances des fans.

Inutile de vous dire que cette soirée fut mémorable et restera gravée dans les esprits des furieux présents. Tous les groupes furent imperiaux.
Il faut remercier Garmonbozia Inc. pour leurs programmations au top et pointues, toujours gage de qualité.


Related posts

RAISMES FEST 2013

Stephan Birlouez

IN VAIN, SUBTERRANEAN MASQUERADE, AEVUM, ORPHANED LAND

Emmanuelle Neveu

AUDREY HORNE – 77 – PET THE PREACHER au Nouveau Casino Paris

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.